Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT

TEST : JAZZ JACKRABBIT

S’il y a bien quelque chose qui nous a fait vibrer dans les années 80-90, c’est la guerre entre Nintendo et SEGA. Ce bras de fer entre Mario et Sonic, deux mascottes portant leurs univers aussi qualitatifs et attachants l’un que l’autre. Deux plateformers ultimes, inégalables à leur époque. Deux camps distincts, le Rouge contre le bleu. Coca contre Pepsi…

Tandis que certains les pompèrent sans aucun talent (voir le test de Socket), d’autres s’en inspirèrent simplement afin d’apporter une nouvelle couleur au tableau.

L’heure de se mettre au vert

A cette époque, les PC jouissent déjà d’un panel de jeux bien plus variés et dingues. Pourtant, un petit studio du nom d’EPIC Games décide de se lancer dans la bataille. C’est la naissance d’un lièvre vert : Jazz. Habitant d’une galaxie très éloignée de la nôtre, sa planète (Carrotus) est envahie par le redoutable Devan Shell : tyran à carapace et à la tête d’une armée de tortues sous stéroïdes.

Décidé à ne pas se laisser faire, notre léporidé dopé aux rayons gamma va le faire tourner en bourrique. Pour lui faire payer son insoumission, Devan kidnappera la princesse Eva Earlong avant de fuir. Jazz se lancera alors à sa poursuite au travers des nombreux niveaux du jeu (une trentaine environ).

Everything is a remix

Même si l’on fait face à un patchwork pop, on prend part à l’univers proposé. Le Jackrabbit est cool et bourré de références de l’époque. Il arbore le célèbre bandeau de Rambo, traverse les niveaux à une vitesse hallucinante comme Sonic et réduit le tout en cendres avec le LFG-2000 (allusion au BFG-9000 de Doom). Chaque niveau est représenté par une planète différente car Jazz dispose d’un vaisseau. Idée plutôt futée pour apporter de la variété tout en restant cohérent.

Les contrôles sont fort simples : on saute, on tire et on change de munition. À propos de ces dernières, vous aurez le choix entre blaster basique, lance-grenades, etc. Bien sûr, chacune dispose d’effets et de dégâts différents, les fans de Contra auront le sourire.

Dès les premiers pas dans le jeu, on goûte à l’univers du hérisson bleu. Vous trouverez les ressorts ou encore les télés à éclater avec leurs power-ups déjà vus, mais cela fonctionne car tout ne repose pas dessus.

Vous pouvez traverser tout un niveau sans utiliser un item, moins fun mais faisable. Les décors sont sympas bien que très peu surprenants, les sprites sont vraiment soignés et la musique est géniale. De plus, l’ensemble dispose d’effets visuels plus poussés que sur les consoles de l’époque, les PC ayant toujours eu un train d’avance.

jackrabbit01

Il y a comme quelque chose de familier

 

Inspiré mais avec de bonnes idées

Le level-design est particulièrement soigné pour l’époque et vous n’aurez aucun mal à vous diriger vers la fin de celui-ci. Certains passages seront masqués par des murs à exploser, révélant des salles garnies de bonus à récupérer.

Le jeu va vite, difficile de combiner shoot et plateforme à cent à l’heure pense-t-on. Les types de chez EPIC pallient à cela en introduisant une fonction slow motion si le joueur le souhaite et ça fonctionne !

Dans certains niveaux vous aurez l’occasion de libérer un perroquet, celui-ci s’avèrera extrêmement utile car il appuiera votre puissance de tir. L’ennemi est alors quasi-impuissant, tant votre animal de compagnie envoie le feu. Bien entendu, vous le perdrez au premier dégât reçu. Prudence donc…

Chaque fin d’acte du jeu sera récompensée par une cinématique à l’animation et à l’humour de qualité.

jackrabbit03

La variété des armes et les alliés de choix rafraîchissent le genre

jackrabbit02

Les ennemis demeurent variés mais son rarement redoutables

CONCLUSION

Même si on aurait souhaité avoir affaire à des ennemis plus redoutables et moins random ou découvrir des décors plus originaux, les bonnes idées, sa réalisation soignée et sa soundtrack rattrapent haut la main ces légers reproches. C’est en ça que le jeu est fort : l’univers est perfectible et sent un peu le déjà vu mais on lui pardonne car le résultat est vraiment cool. Le jeu transpire quelque chose de frais même 26 ans plus tard. Jazz Jackrabbit est un monument du jeu de plateforme sur PC et surtout l’un des premiers cartons d’EPIC Games. Déjà à cette époque, les gars faisaient preuve d’un bon sens créatif en proposant un jeu de ce genre. Ils ont su éviter de tomber dans le plagiat en apportant ce que les rouges et les bleus n’avaient pas : l’humour, le second degré… Et un gros flingue.

NOTE DE LA REDAC

9
10
Incontournable
Son
10
Graphisme
9
Animation
9
Jouabilité
9
Intérêt
8
Les plus
  • L'humour
  • Le nombre de niveaux
  • Les sprites soignés
  • Les références
  • La musique
LES MOINS
  • Ennemis rarement convaincants
  • Décors peu originaux

Partager :

Nito
[Redacteur tests et surtout fan de SEGA]

Autres articles