Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT

TEST : WARCRAFT – ORCS AND HUMANS

DABOUH ! Brave frère orc crasseux à la peau verte, toi qui as bu le sang de Mannaroth, l’horrible démon de la légion ardente, te voici maintenant sur Azeroth, guidé et manipulé par le perfide Gul’dan, tu pars au front pour briser du crâne bien friable ! Et puis, tu coupes, tu pioches, tu bâtis des autels sacrificiels, tu pratiques la pire des magies noire voire, la nécromancie ! Tous les moyens sont bons et toutes les créatures les plus sombres sont les bienvenues, si c’est pour éradiquer ces humains trop propres qui grouillent comme des vers sur cette terre si prospère, gouvernée depuis la toute puissante Stormwind. La belle cité blanche, trop belle d’ailleurs, et trop propre aussi ! Il faut qu’elle crame !

warcraft 1 screen 03

warcraft 1 screen 05

 

La fille du chef a des problèmes d’acné, son papa a la solution !

Et si la fille de la tête « pensante » du régiment Orc : Main Noire, a fugué et que ce dernier décide de régler le problème en t’envoyant avec un groupe de mercenaires, triés sur le volet pour laver cet affront, et bien qu’à cela ne tienne, tu y vas, tu y cours même ! La mission est simple, la môme a des problèmes comportementaux d’adolescente ayant perdu ses repères, et Papa veut régler ça vite ! Les ordres sont clairs, Tu la zigouilles elle, et son complice ! Comme ça c’est plié, elle ne recommencera plus  !

Warcraft 1 Orcs and humans, ce jeu de punk à l’image de ses orcs moches comme des poux. Créé on pourrait l’imaginer, au fond d’un garage par des geeks, qui allaient devenir les futurs tauliers d’une société qui vaudra des milliards quelques années plus tard, ce STR inspiré de Dunes, sent la fin de fête médiévale, mais plutôt du côté du camp Viking que de la parade elfique. C’est là contre toute attente, sa plus grande qualité, et ce qui lui donne cette franche personnalité. L’ambiance y est radicalement plus sombre et austère que ce que la série offrira dès le second épisode, avec ses couleurs chatoyantes et son aspect cartoon. C’est même tout l’inverse. Les teintes sont des verts oxydés, des marrons sombres, des gris métallisés bien francs sur lesquels le sang fait splash à chaque bataille rangée, ou dérangée vu le peu de discipline de nos amis à peau verte. Les sprites animés sommairement, sont peu détaillés et manquent un peu de finesse, le travail sonore offre des voix digit un peu saturées et caverneuses mais qui, aidé par une bande-son posée pour l’ambiance, crée l’immersion. C’est ainsi que cette mixture étrange, sortie du chaudron du plus perfide releveur de macchabée,  façonne contre toute attente, une ambiance sombre et unique.

 

warcraft 1 screen 01

 

1994, le début d’un univers en perpétuel expansion

Cette ambiance on la doit, comme suggéré plus haut, à une trame scénaristique déconseillée aux végans, mais aussi au style visuel très particulier de ses artistes, dont Chris Metzen. Monsieur Warcraft qui fera de cette création de 1994, le point de départ d’un univers qui évolue depuis 25 ans et qui s’étend aujourd’hui sous bien des formes, STR, MMORPG, livres, cinéma… Ci-dessous, quelques dessins de Metzen montrant les prémices du style Warcraft.

 

warcraft 1 art04 1

On récolte, on construit, on casse tout et on recommence !

Alors ok, Warcraft c’est un jeu de punk on l’a compris, mais c’est aussi un jeu particulièrement addictif dans sa proposition. Les 24 missions proposées (12 Hordes et 12 Alliances) sont variées, le sentiment d’évolution est vraiment perceptible et la montée en puissance vers la fin, avec la création de machines de guerre dévastatrices, l’invocation de démons et autres entités magiques, rend chaque bataille plus intense que la précédente. Plutôt difficile, le titre permet cependant de sauvegarder à tout moment et de régler sa vitesse d’action, histoire de souffler un peu.

warcraft 1 screen 07

 

STR oblige, on commence par faire de la ressource et explorer les alentours encore dans l’obscurité, avant de décider de progresser et d’en découdre pour accomplir ce que l’objectif nous demande. Si depuis, la trame de la horde est considérée comme canonique, au moment où le jeu est sortie, il n’était pas encore question de tous ces enjeux narratifs et chaque camp se voit proposer un contenu équivalent. Pas toujours très lisibles sur la carte, les déplacements des unités peuvent devenir brouillons, quand la barre de la trentaine d’unité est dépassée et qu’il faut gérer tout son petit monde. Ça peut franchement devenir la belle galère, et vous aurez vite pris le pli de courir dans les options, histoire de ralentir la vitesse générale afin de ne pas vous faire déborder. Vitesse, que vous aurez au préalable mise au maximum en début de mission, pour récolter des ressources le plus vite possible. Les cartes et les missions sont variées et chacune est unique. De la mission d’infiltration en espace clôt, où il faudra se déplacer en rangs serrés, à la bataille rangée sur une plaine dégagée, en passant par le siège d’une cité, le game-design apporte pas mal de situations à ce genre encore tout jeune qu’est le STR.

warcraft 1 screen 06

CONCLUSION

En résumé, si le seigneur des anneaux est à la fantaisie ce que Stairway to heaven est au rock, et bien Warcraft 1 est à la fantaisie ce que Anarchy in the UK est au rock. Un jeu sombre et caverneux, au ton insolant, qui ne se soucie pas ou peu du politiquement correct. Warcraft Orcs & Humans est aussi un jeu pionnier, l'un des tout premiers STR et qui plus est, un STR à l'univers médiéval fantastique. C'est un jeu à l'ambiance unique, découlant d’une charte graphique très personnelle, qui évoluera au fil du temps et installera le style Blizzard. Avec ce jeu, le studio posera les bases de tout ce qui se fera par la suite autour de cette increvable série qu'est Warcraft.  LokTar !

EVALUATION DE LA REDAC

7.5
10
Super
Son
8
Graphisme
7
Animation
5.5
Jouabilité
8
Intérêt
9
Les plus
  • Une ambiance géniale et irrévérencieuse
  • Le début d'un univers incontournable de jeu vidéo
  • Les orcs
  • Pour la Horde !
  • Des cartes variées appelant à la patience et à la stratégie
LES MOINS
  • C'est austère et difficile
  • Les animations sont vraiment sommaires

Partager :

Merode
Amateur de Rpg et de tout ce qui dispose de près ou de loin d'une barre d'expérience et d'un scénario. Fasciné également par la Jap'anim de l'ancien temps, où les celluloïds s'agitaient devant une caméra pour raconter des histoires.

Autres articles