REVUE DE PRESSE – MEGA Force n°4 : Sonic le MEGA lover

REVUE DE PRESSE – MEGA Force n°4 : Sonic le MEGA lover

C’est avec l’idée fixe – suscitée par le courrier d’un lecteur – qu’on lui trouve une petite-amie que Sonic présente le quatrième numéro de MEGA Force en ce début d’année 1992. La maison d’édition semble vouloir l’aider dans son entreprise en commercialisant un Pin’s à son effigie ainsi qu’à celle du magazine. Des Pin’s que ceux, parmi vous, qui aviez été sélectionnés dans le cadre du concours des meilleurs dessins avaient pu remporté. Tout ceci peut paraitre bon enfant pour le gamer-type contemporain mais il ne faut pas oublier que le loisir du jeu vidéo, en particulier sur consoles, était à l’époque pratiqué majoritairement par des enfants et que les magazines s’adressaient pour la plupart directement à ce public là. Le ton employé s’avérait donc plus proche de celui d’un Picsou Magazine que celui d’une revue analytique et culturelle sur le jeu vidéo destinée aux adultes que nous somme tous devenus. Le média lui-même a beaucoup mûri entre-temps.

MEGA Force a eu l’immense honneur de se rendre dans les locaux de Sega au japon, une opportunité relativement rare que n’a pas manqué de souligner le magazine. Même si la visite fût extrêmement contrôlée, il a pu voir les équipes de développeurs en action sur les futurs gros titres de la firme, notamment les suites de Super Monaco GP et de Golden Axe. Ces créateurs étaient plus de 300, pour la plupart de jeunes gens à peine sortis de l’école chaperonnés par des personnes plus expérimentées. L’occasion aussi de remarquer certains détails insolites comme cette pièce aménagée en couchette utilisée pour les phases de rush pendant lesquelles de longues sessions de travail n’étaient interrompues que par de brèves heures de repos. On y apprenait aussi que si les débutants étaient cantonnés au développement sur Master System, les plus aguerris avaient droit de faire des jeux sur MegaDrive. Enfin, les meilleurs d’entre eux étaient sollicités sur machines Arcade ! Probablement ce système méritocratique encourageait les employés à faire toujours de leur mieux. Le rédacteur de ce dossier décrivait ensuite aux lecteurs du magazine les étapes de création d’un jeu chez Sega.

Pour ce numéro, MEGA Force continuait de nous gâter de ses soigneuses solutions ainsi que de la description des nouveaux jeux sortant sur consoles Sega et dont les principaux critères de l’époque étaient évalués par l’expressif petit schmurtz bleu. Ce mois-ci, les célébrités sont nombreuses à remplir les pages du magazine. Outre l’adaptation de Sonic sur GameGear, les personnages de Bande-dessinées étaient mis à l’honneur avec Asterix & Obélix sur MasterSystem et surtout Donald Duck sur MegaDrive qui trustait la première place du hit-parade des lecteurs devant Mickey Mouse toujours très plébiscité par le public. On trouvait même le célèbre canard en couverture pour la sortie GameGear de « The Lucky Dime Caper starring Donald Duck ». En preview, un certain prince de perse commençait à pointer le bout de son sabre avec une adaptation du titre déjà sorti sur micro-ordinateurs.

Couverture du MEGA Force n°4 :

[Redacteur Megadossiers et MegaTest]

Laisser une réponse