Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT
Capture d’écran (121)

TEST : CHERNOBYLITE

Disponible en accès anticipé depuis près de deux ans, Chernobylite est un jeu se voulant à la croisée de différents genres tels que FPS, RPG, Horreur, etc – le tout en pleine zone d’exclusion. Un pari ambitieux, développé par le studio Polonais The Farm 51, qui fait preuve d’une discipline exemplaire à en voir la road map du jeu (celui-ci est développé à 95%).

cherno01

Le réacteur 4, point de départ de Chernobylite

 

Pique-nique au bord du chemin

Même si la tragique histoire du 26 Avril 1986 est connue de tous (à l’inverse de ses répercussions réelles) de quoi peut bien parler Chernobylite ?

Vous campez le rôle d’un scientifique du nom d’Igor, ayant perdu sa femme Tatyana le soir de l’explosion du réacteur 4. Depuis ce jour, Igor est frappé de flashbacks, de visions, il entend sa moitié lui parler par moments. Durant près de 30 ans il effectuera des recherches dans le but de la retrouver étant persuadé qu’elle n’a pas péri. Des recherches axées sur une nouvelle matière apparue le soir de l’accident de 86 : la Chernobylite.

Une roche radioactive à l’apparence d’émeraude, dont les propriétés particulières permettraient de traverser le temps via des trous de vers. Après des mois de préparation, il pénètrera illégalement dans la zone d’exclusion de Tchernobyl à l’aide de Stalkers et s’infiltrera dans le réacteur 4 afin d’y dérober son césame vert. On y découvrira l’utilisation d’une sorte de portal gun usant de la Chernobylite, mais pour Igor Sanchez, tout ne se passera pas comme prévu.

Difficile de ne pas y voir l’empreinte d’un jeu sorti près de 15 ans plus tôt : S.T.A.L.K.E.R. Véritable ovni vidéoludique et expérience fantasmée de la zone d’exclusion. Mais toute comparaison peut s’arrêter ici. Chernobylite a décidé d’apporter une expérience semblable mais plus complète.

cherno02

Autant ne pas perdre de temps, la touche AZ-5 ne fonctionne pas.

A day in the Zone

Toute la structure et le rythme du jeu tournent autour de journées passées au sein de la Zone. Après avoir pris place dans un abri de fortune (qu’il faudra optimiser durant votre progression) vous aurez la possibilité d’explorer les terres désolées environnantes via deux variantes de missions.

La première étant les missions dites d’exploration. Le plus clair du temps, il sera question d’aller voler un largage de médicaments ou de vivres à des endroits indiqués. Des missions basiques mais étant de bons prétextes pour aller vous perdre au centre de Prypiat ou dans la forêt rousse. Le tout ponctué de points d’intérêts à différents endroits de la map.

La seconde concerne le fil rouge de l’intrigue. Car l’objectif premier est de retrouver Tatyana, et la tâche sera plus compliquée qu’on pourrait le croire. C’est à l’aide d’indices trouvés aléatoirement lors de vos explorations que l’enquête avancera.

 

cherno05

Plus vous avancerez dans le jeu, plus votre équipe de stalkers pourra s’agrandir.

Dès le départ vous êtes accompagné d’Olivier, un stalker. Lors de la sélection d’une mission, vous pouvez lui en assigner une. Veillez à ne pas lui en confier de trop rudes car en plus de l’état de santé, son moral sera impacté. Le principal avantage d’envoyer votre acolyte au front réside dans l’apport de rations de nourriture et de potentielles informations.

Au fil du jeu et des rencontres dans la Zone, vous aurez la possibilité d’agrandir votre équipe. De nouveaux collaborateurs desquels il faudra prendre soin en leur apportant tout le confort nécessaire. En revanche, sachez que tous vos choix auront des conséquences et qu’un allié la veille pourrait devenir un ennemi au réveil en fonction du traitement que vous lui infligez.

Enfin, ils seront de précieux atouts lors de vos gains de niveau. Car oui, Igor dispose d’une barre de progression et de points de compétences à utiliser. Et c’est via vos compagnons de fortune que vous dépenserez vos points. De la furtivité, en passant par la précision de votre arme jusqu’à la capacité de votre inventaire, tout est bon à prendre afin de mieux survivre à la Zone.

 

cherno03

Même si la Zone demeure fidèlement reproduite par endroits, vous ferez rapidement face aux surfaces limitées des maps proposées.

L’appel de la forêt rousse

Si vous vous imaginiez arpenter de drôles de chemins sur des kilomètres et vous remplir l’inventaire d’artefacts, ce sera la douche froide pour vous. Car Chernobylite est tout sauf un monde ouvert.

La Zone est fractionnée en 5 parties que sont : Prypiat (port), Prypiat (centre), Kopatchi, la forêt rousse et le radar DUGA. Des maps aux tailles variables mais qui sembleront toujours un peu trop petites.

Souvent, vous ne pourrez aller dépouiller cette cabane au-delà d’un panneau au trèfle radioactif car les radiations vous tueraient quelques mètres plus loin. Alors c’est intelligent, cela évite de se trouver face à un mur invisible qui nuit à l’immersion mais c’est très frustrant.

Néanmoins c’est un détail face au point qui suit : la qualité du travail question décors. Les types n’ont pas chômé, le rendu est convaincant et diablement optimisé ce qui explique peut-être la taille discutable des maps.

Qui plus est, le jeu propose tout un système de craft. Basé sur la récolte de détritus dans la Zone (fer, essence, herbes, etc.) afin de pimper au mieux votre repaire et votre équipement. Une bonne façon de pousser à l’exploration. Grâce à votre dosimètre notamment, vous pourrez détecter tout élément à ramasser dans un périmètre donné, super satisfaisant.

 

cherno04

A vendre, entrepôt situé non loin du réacteur 6. Exposé plein sud. Certifié sans amiante, DPE vierge.

 

Là réside une autre facette très importante de ce jeu, l’amélioration de son habitat. Vivre des loots de la Zone ne vous fera pas aller bien loin. Il vous faudra continuellement mettre au point de nouveaux établis dans votre repaire. Des points de craft vous permettant d’améliorer vos armes, votre équipement de protection ou encore de cultiver des vivres. Vous aurez également la possibilité de fabriquer des objets plus avancés et efficaces sur le terrain, passant du masque à gaz au flingue venu d’un futur proche.

L’amélioration du confort de votre abri aura toute son importance également, que cela soit la qualité de l’air, les lumières ou le nombre de plantes vertes, l’ensemble aura son influence sur le moral des troupes y compris vous-même.

 

cherno08

En deux coup de scie, passez du fusil de Gerard au super shotgun.

 

Ghosts n’morons

Comme dit plus haut, les rencontres dans la Zone seront nombreuses. Hormis de potentiels alliés vous y verrez des apparitions fantomatiques (liquidateurs, familles d’ouvriers), vous y croiserez des marchands et bien sûr des individus hostiles. À commencer par cet énigmatique dark stalker, qui vous surprendra au détour d’un couloir ou d’une ouverture de porte à grands coups de scare-jumps. Le personnage est très mystérieux, il apparait dans les premières minutes du jeu et semble vous connaître.

Il y a ces bestioles, fruits de l’influence de la chernobylite sur la Zone. Des créatures qui prennent un peu à contrepied l’idée que les gens se feraient des mutants de Tchernobyl. Leur design est plus ou moins inspiré mais n’en demeure pas moins dérangeant. Et enfin, vous croiserez aussi des mercenaires du NAR (l’organisme qui est censé sécuriser la zone et y effectuer des recherches, au sujet de la chernobylite notamment). Bien que certains passages (sans doute scriptés) fonctionnent bien quand ils vous tombent dessus, leurs rencontres tourneront souvent à la blague tant l’IA est discutable.

Alors que certains sont aveugles au point de ne pas vous voir quand vous passez accroupi devant eux, d’autres invoquent des pouvoirs surnaturels en vous apercevant à travers les murs. Autre point de détail, si l’un d’eux donne l’alerte, tout le monde sait exactement où vous vous trouvez. Un point pas toujours vérifiable car à d’autres moments c’est complètement l’inverse, je me suis retrouvé à décimer un camp entier au fusil à pompe sans être inquiété par les mercenaires présents dans les 100 mètres à la ronde. C’est dommage, ça pêche un peu. Face à cela, deux approches sont possibles : l’infiltration avec élimination en silence ou le tir dans le tas. La seconde est clairement déconseillée au début du jeu. Le maniement des armes est lourd et la visée hasardeuse, seule leur amélioration et la montée en compétences rendra le tout un peu plus jouable.

Les ennemis sont redoutables en termes de dégâts et les médikits bien rares. À juste titre, on ne meurt jamais vraiment dans le jeu. Sois vous terminez dans une cellule de laquelle on vous fait évader (les choix et conséquences rappelez-vous) soit vous êtes piégés dans une sorte de couloir du temps, où vous pouvez changer certaines actions passées. Bien entendu le tout entraîne un malus. Arrivé à un certain temps de jeu, la possibilité de se crafter soi-même son armure lourde, ses armes et munitions facilite grandement la progression. Peut-être même trop.

 

cherno07

La chernobylite a une influence telle qu’elle a fait muter les occupants de la Zone.

 

Le souci du détail

S’il y a bien un point où le jeu excelle, c’est dans l’ambiance et surtout dans la représentation de l’environnement de la Zone. Les concepteurs ont reproduit des pans entiers et bâtiments via photogrammétrie et lasergrammétrie. Un travail bluffant de détail et criant de réalisme.

En 2019, j’ai eu la chance et l’inconscience de m’aventurer dans la Zone illégalement avec un stalker. Car oui, ils existent vraiment et sont acteurs d’une contre-culture passionnante. Ci-dessous vous y découvrirez des clichés que j’y ai fait, comparés aux décors du jeu, montrant à quel point the Farm 51 a fait un travail remarquable.

 

Comparatif01

Le café Prypiat, situé non loin du port.

 

Comparatif02

Le spot de « Yellow cabin » comme on l’apelle.

 

Comparatif03

Les fameuses auto-tamponneuses de l’amusement park.

 

Comparatif04

Une pièce annexe situé dans l’ancien laboratoire « Jupiter ».

CONCLUSION
Même s’il recèle de défauts, Chernobylite est une expérience originale, parfois déroutante. Un véritable travail d’immersion a été mené et mérite clairement que l’on s’y attarde. Finalement, bien qu’inspiré en partie de S.T.A.L.K.E.R tout en ayant la motivation de faire mieux, il se traîne également certaines de ses casseroles. La visée peut être laborieuse dans un premier temps et les déplacements un peu lourds, l’IA des ennemis est aussi discutable. Mais le jeu reste maintenu à flots par une intrigue qui tient la route et des personnages originaux, complètement cramés parfois. Le titre sera disponible d’ici Juillet 2021 et il a déjà bénéficié de bon nombre d’ajustements. Il y a fort à parier que le contenu sera relevé d’un niveau le jour de sa sortie.
EVALUATION DE LA REDAC
SON
6
GRAPHISME
8
ANIMATION
7
GAMEPLAY
7
INTERET
9
Les plus
  • L'ambition de mélanger FPS, RPG, CRAFT et j'en passe
  • L'intrigue
  • La représentation très fidèle de la Zone
  • L'ambiance générale
  • Le graphisme soigné
LES MOINS
  • IA des ennemis perfectible
  • Taille des maps limitée
  • La bande son anecdotique
7.4
10
Super

Partagez cet article

[Redacteur tests et surtout fan de SEGA]

Autres articles

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicités détecté !!!

Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ces bloqueurs de publicités.

Powered By
Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock