Le Community Manager de Sonic aborde la controverse sur les jeux de fans à but lucratif

Le Community Manager de Sonic aborde la controverse sur les jeux de fans à but lucratif

Les jeux de fans sont sans doute l’un des principaux piliers de la communauté Sonic. Alors que certaines entreprises étrangleraient à mort leurs fans si on leur en donnait la chance, SEGA reste l’une des rares à non seulement accepter, mais aussi embrasser les efforts de leur communauté. C’est cette approche ouverte qui a permis à tant de créativité de prospérer, et avec Sonic Mania étant la preuve que les travaux des fans peuvent mener à de grandes chances, il n’est pas étonnant que tant de personnes continuent de contribuer.

Cependant, un sujet de discussion récemment a été la monétisation des jeux de fans avec Sonic Omens au centre de celui-ci. Alors que le jeu semble impressionnant, les fans ont contesté l’utilisation de Patreon par les équipes, craignant que tenter de gagner de l’argent sur un jeu de fans ne conduise SEGA à resserrer les rênes de futurs projets de fans. D’autres pensent que l’équipe n’utilise Patreon que pour financer le développement et que le jeu reste gratuit ne profite pas du tout.

Abordant le problème, a déclaré Katie, responsable des médias sociaux de Sonic. «Tant qu’aucun profit n’est impliqué», utiliser Sonic dans les jeux de fans est très bien. Naturellement, il n’y a pas de garantie à 100%, mais c’est une bonne règle de base à suivre pour protéger vos projets de fans.

Katie continue en disant : “Nous pouvons gérer les valeurs aberrantes au cas par cas lorsque nous les remarquons, mais notre objectif n’est pas de tout étouffer.” C’est certainement un soulagement de voir que le modèle actuel restera, mais avec une certaine clarté, il sera plus facile pour les fans de connaître les limites.

Interrogée sur les dons , Katie prétend que c’est une zone grise, mais : “Il vaut mieux éviter si possible.” Les gens ont été satisfaits du message, car il est clair que le but est de garder la communauté ouverte. Espérons qu’avec tout cela à l’esprit, ce qui est et ce qui ne va pas devrait être beaucoup plus clair maintenant.

 

[CEO, Responsable Relations Publics et Presse]