Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT
Capture d’écran (121)

TEST : RENEGADE OPS

L’an 2011 : L’affrontement PS3/360 est à son apogée pour notre plus grand bonheur puisque les deux machines nous offrent le meilleur d’elles-mêmes : les développeurs maîtrisent dorénavant les bécanes, Batman est unanimement salué dans l’épisode Arkham City, Nathan Drake et Marcus Phenix en sont déjà à leur troisième aventure, et le format « jeux indés » prend un essor considérable. Les éditeurs n’hésitent plus à mettre en avant ces productions atypiques et originales, sortant du cadre des AAA. Des jeux comme Braid ou encore Trials HD au succès tant financier que critique tendent à prouver encore un peu plus la viabilité de l’investissement, tout en offrant une plus grande variété de jeux à son catalogue et, accessoirement, combler les vides du calendrier entre deux grosses sorties. C’est donc dans ce cadre qu’une dizaine de personnes chez Avalanche Studios, avec la bénédiction de Sega, se voient confié le développement du « p’tit jeu » qui nous intéresse : Renegade Ops !!

Rops titre

Ca sent le hautement cérébral, non ?

Quelques grammes de brutes dans un monde de Bourrins !!

Une courte intro qui nous plonge directement dans l’ambiance et nous présente Inferno, un méchant comme on n’en fait plus de nos jours : tête effrayante, rire diabolique, et acoquinement avec des militaires au fort accent russe, sa méchanceté n’a d’égal que sa cruauté puisqu’il n’hésitera pas à détruire une ville entière pour démontrer sa volonté de dominer le monde (oui…rien que ça !). Devant des autorités internationales souhaitant privilégier la diplomatie et les négociations, le Général Bryant, militaire de son état, décide de prendre les choses en mains et de s’occuper du cas Inferno à sa façon : TOUT EXPLOSER !!!!!! Nous incarnerons donc un des quatre membres de l’escouade du Général Bryant : Armand, les gros bras de service, Diz, l’informaticienne sexy, Roxie, le garçon manqué, et Gunnar, le blondinet beau gosse de service. A noter que sur Steam, vous pouvez également incarné Gordon Freeman…Monsieur Half-Life… Rien que ça !! Vous l’aurez vite compris, la finesse et la subtilité sont restées à la porte de chez Avalanche Studios, Renegade Ops est dans la droite lignée des Action Movies dont Hollywood nous abreuvait tant au milieu des années 80, début ’90. Scénario ultra basique, de l’action en veux tu, en voilà, des personnages haut en couleur : hommage, volonté nanardesque ou caricature, la différence est mince mais force est de constater ça fonctionne et je me surpris à penser qu’il y a bien longtemps que je n’ai pas regarder un petit Rambo ou un Chuck Norris du meilleur goût !! Et avant de vous moquer de mes références cinématographiques, n’oubliez jamais que Chuck « met les pieds où il veut…et c’est souvent dans la g… !! »

Rops GFreeman

Pourquoi Gordon Freeman ?… Pourquoi pas !!

Quand bel habillage rime avec Bourrinage !!

Nul besoin d’un œil au beurre noir pour se convaincre que le jeu est (et reste encore aujourd’hui) plutôt joli et surtout spectaculaire : les décors sont détaillés, malgré la caméra haute, ponctués d’effets de pluie ou d’éblouissements bienvenus, et surtout, le jeu ne lésinent pas sur les effets de destruction et la pyrotechnie. Mickaël Bay serait jaloux. Malgré cette débauche d’explosions, le moteur physique fait des merveilles et, à quelques rares freezes très court (je l’ai testé sur Xbox360), est irréprochable. C’est beau, c’est fluide, le décor est quasi-intégralement destructible, sauf quelques bâtiments et…les arbres ! On est là pour tout détruire sauf la nature car, il ne faut pas déconner non plus, on a quand même un semblant de morale ! Et c’est surtout pour concentrer l’action et obliger le joueur à emprunter des chemins tortueux que la végétation est en adamantium. Malgré cela, niveau technique, on sent bien qu’Avalanche maîtrise son sujet, l’expérience acquise sur Just Cause 2 et sur le moteur Havok est là et ca fait bien plaisir !!

Rops explosif

Quand je vous dis que  » Mickaël Bay serait jaloux », je n’exagère même pas !!

Seconde bonne surprise : la prise main. Renegade Ops est un Twin Stick Shooter, on dirige donc notre véhicule avec le stick gauche, on vise et on tire avec le droit. Une fois cette maniabilité un peu particulière maîtrisée, on se surprend vite à slalomer entre les tirs ennemis tout en pilonnant l’énorme tank qui nous barre la route tant les véhicules répondent bien à nos sollicitations. Attention toutefois, il n’y a pas de marche arrière (le véhicule fait un demi-tour abrupte) et on se retrouvera rapidement les quatre roues en l’air si on chatouille trop les bosses et les ruines de l’environnement. Pour le reste, c’est classique mais efficace : la gâchette droite actionne l’arme secondaire (lance-flammes, roquettes, tirs électriques…) qu’on trouvera en détruisant aussi bien les ennemis que les décors. On y récoltera aussi d’ailleurs des power-ups pour l’arme principale, mais aussi des points de vie regonflant la jauge de santé. La gâchette gauche quant à elle sera réservé aux aptitudes spécifiques de chaque personnage : Armand possède un bouclier indestructible, Diz, une bombe IEM, Roxie une attaque aérienne et Gunnar un canon lourd. Bref, le cahier des charges du Shmup est rempli, l’originalité (relative, n’exagérons rien non plus…) du concept se trouve ailleurs. En effet, au fur et à mesure de notre progression/destruction, nos 4 protagonistes cumulent de l’XP permettant de débloquer de nouvelles aptitudes ou de renforcer son arsenal. Ainsi on pourra s’offrir des vies supplémentaires, augmenter sa jauge de santé, raccourcir les temps de recharge des armes secondaires…

ac2vfyhbpubxdefxhxdx 350x200 2x 0

Un hélico, ça va. Trois hélicos…Bonjour les dégâts !!

Ces aptitudes, on va en avoir sérieusement besoin !!! Sans être d’une difficulté abyssale, le challenge est bien présent et les premières parties s’avèrent un peu humiliantes. Mais une fois les premières capacités débloquées, le rapport de force s’équilibre et les combats deviennent aussi dynamiques que grisants. On peut certes choisir le niveau de souffrance, mais le mode easy avec ses vies infinies et l’absence de gain d’XP, parait bien fade pour le coup. Troupes au sol, véhicules légers, mitrailleuses lourdes, tanks, hélicos de combat, porte-avions-lance-missiles-base-stratégique et autres extravagances militaires…Inferno se donne les moyens de conquérir le monde et de nous annihiler par la même occasion avec une variété de véhicules qui force le respect. De notre coté, même si on est ponctuellement amené à troquer notre engin terrestres contre un hélicoptère ou même un bateau, on passera le plus clair de notre temps sur le plancher des vaches. Mention spéciale pour les phases aériennes , qui ne manqueront pas de faire remonter de doux (loureux ?) souvenirs de la saga des Strikes (Desert, Jungle, Urban et Soviet) aux plus grisonnants d’entres nous. On en viendrait presque à penser qu’un petit retour de cette série par le biais d’un remake (ou mieux d’un nouvel épisode !!) ne serait pas de refus. Allô, EA ? Des objectifs secondaires s’ajouteront à votre mission principale, offrant ainsi un peu de variété de gameplay. Sauver des otages, escorter une voiture à travers les lignes ennemies… des passages optionnels mais relativement indispensables si l’on veut monter en XP et être confortablement équipé pour affronter les derniers niveaux parmi les 9 missions proposées. Comptez 5 à 6 heures pour sauver le monde, cependant, le jeu se pare d’un système de combos récompensant les plus destructeurs d’entre nous. Un intérêt supplémentaire offrant ainsi une rejouabilité bienvenue basée sur le scoring. Les « Shmupeurs » apprécieront. On notera aussi la présence d’un DLC nommé Coldstrike, qui propose une nouvelle fois de « protéger la Terre des méchants » mais cette fois dans un environnement arctique et enneigé. Sympa mais très court avec seulement 3 missions et dépourvus de toute nouveauté à l’exception de quelques nouveaux véhicules ennemis. Dommage.

Un pour tous, tous Bourrins !!!

Déjà terriblement fun en solo, Renegade Ops prend une saveur supplémentaire grâce à son multi-joueurs. Jusqu’à quatre en ligne (je n’ai jamais pu le tester malheureusement), Avalanche nous gratifie aussi d’un mode deux joueurs en écran splitté !!! Les joies de la coopération sur canapé avec un(e) ami(e), feature trop rarement reprise de nos jours, décuplent le plaisir de jeu et si, au début, on tentera d’établir un semblant de stratégie, la technique du « fonce dans le tas, on verra après » va vite prendre le dessus, laissant place à un déluge de n’importe quoi, certes parfois un peu confus, mais tellement jouissif !! Grandiose !!! Et en plus on peut choisir écran splitté constant ou uniquement si vous êtes séparés de vos acolytes. Renegade Ops est une pépite dans son genre. Passé sous le radar de quasiment tout le monde à sa sortie, je l’ai découvert au détour d’une promotion sur Xbox Live à l’époque de la 360 ; une rencontre du genre : « Tiens, un Shmup…Cool !! Un Shmup estampillé SEGA ??!! Prenez mon argent tout de suite !! » . On peut certes lui reprocher une répétitivité comme tous les shooters, un scénario indigent et prévisible au possible, bien que certains passages soit plutôt étonnants et originaux comme le crash en avion ou la course poursuite face au souffle d’une explosion (Coucou Broken Arrow !!) ou encore de musiques trop discrètes et complètement éclipsées au profit des bruits de tirs, de moteur, et bien-sûr d’explosions, qui eux, s’avèrent très convaincants . On pourra aussi montrer du doigt, la VF intégrale tellement WTF qu’elle en devient géniale car parfaitement dans le ton du jeu.

Rops SplitScreen

Parce qu’à deux, c’est encore mieux !!

CONCLUSION
Simple, efficace, techniquement solide, et on sent bien l’esprit foutraque et décomplexé typiquement Arcade dont Sega à le secret, ou du moins le talent pour s’adresser aux studios qui l’appliqueront à merveille. Du fun immédiat qui prend toute sa dimension en multijoueur. En plus de la chance de pouvoir y incarner Gordon Freeman, la version PC à la grande bonté d’être disponible pour 2€ (voir moins). Pour la version XBox360, comptez 10€. Quant à la version PS3, je la cherche encore…Merci Sony !! Pour ma part, Il ne manque à Renegade Ops qu’à être rétrocompatible avec les Xbox Series, et venir ainsi combler un GamePass cruellement vide de ce genre de jeu. Sega, Microsoft, si vous m’entendez : EN AVANT LES RENEGADES !!!
EVALUATION DE LA REDAC
SON
6
GRAPHISME
8
ANIMATION
8
GAMEPLAY
8
INTERET
8
Les plus
  • Techniquement toujours solide
  • Bourrin, frénétique et au fun immédiat
  • Cette ambiance films d'action des années 80/90
  • Le multijoueur
  • La VF...talentueusement nanardesque
LES MOINS
  • Quelques freezes intempestifs et malvenus
  • Répétitif
  • musiques quelconques
  • Mais où est la version PS3 ???
7.6
10
Super

Partagez cet article

Autres articles

0
0

    Laisser un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

    Thanks for submitting your comment!
    Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

    Bloqueur de publicités détecté !!!

    Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ces bloqueurs de publicités.

    Powered By
    Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock