Chronique : MATRIX AWAKENS

Chronique : MATRIX AWAKENS

On ne l’attendait pas, et pourtant cette démonstration technique de l’Unreal Engine 5 débarque, dans l’univers Matrix qui plus est ! C’est le genre de petite surprise qui fait du bien : sans crier gare voilà que débarque une démonstration des capacités futures de l’UNREAL ENGINE 5, avec une belle collaboration avec Lana Wachowski, réalisatrice du prochain volet, et qui permet de présenter ce tout nouveau moteur grâce à l’univers des films Matrix, et ce gratuitement sur PC, PS5 et X Box Series !

Réel ou pas ?

Après un téléchargement de 30 gigas, on peut lancer la bête, et cela commence par une introduction avec les acteurs iconiques de la saga, dans des images qui mêlent réel et irréel. Cette introduction joue sur les mots pour évoquer la puissance de l’UNREAL ENGINE 5, avant de passer au plat de résistance.

La démonstration se décompose en 2 séquences : une « traque » musclée et une « visite de la ville » plus reposante.

La traque, c’est une courte séquence d’action, de course poursuite dans les rues de la ville entre l’équipe de Néo, et les agents de la matrice. Le joueur n’est sollicité que pour tirer sur les véhicules qui nous poursuivent, mais cela se fait sans temps mort, dans une action frénétique remplie d’explosions et de véhicules qui volent en éclat. On se retrouve un peu comme dans la séquence de l’autoroute de Matrix Reloaded, et c’est tant mieux : c’est intense, et visuellement époustouflant. La séquence est trop courte, et le choix d’actions limité, mais on en redemande !

On en prend plein la vue !

Peu de choix d’action laissé au joueur

Ensuite, place à la séquence « tranquille » de balade (et même vol) dans la ville. Et là c’est un peu la douche froide. Pas d’action, peu de possibilités de gameplay : on peut se balader, voler, mais rien d’autre. Même pas de touche de saut par exemple. La ville est grandiose, mais il ne se passe pas grand chose, les feux rouges ne passent pas (ou alors très rarement) au vert, les personnages sont rigides, ne réagissent pas, et seuls les effets de lumière sauvent le tout. On note la présence d’un menu type Windows 3.1 (pour les connaisseurs), qui permet d’afficher quelques options pour découvrir un peu l’envers du décors de l’UE5, mais c’est assez accessoire.

La ville est grande, mais cela sonne creux

L’envers du décors

 

On voit donc clairement que la séquence précalculée permet de donner des graphismes époustouflants et de mettre en scène une action frénétique, pour en mettre plein la vue au joueur. La séquence libre ne permet pas cela, et c’est donc bien dommage de voir que tout n’est pas encore du même niveau. A voir donc la suite, et surtout comment les développeurs vont utiliser ce moteur, et dans quelles conditions !

Laisser une réponse