Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT

Google chercherait à sauver Stadia en le remplaçant par Google Stream

Google Stadia , présenté par le vétéran PlayStation et Xbox Phil Harrison comme l’avenir du jeu, n’a jamais vraiment été à la hauteur du potentiel de sa technologie sous-jacente. Annoncé en 2019 lors de la Game Developers Conference à San Francisco, Google Stadia promettait une diffusion en continu des franchises de jeux vidéo établies sur le cloud et une bibliothèque d’exclusivités attrayantes auxquelles ses utilisateurs pourraient accéder.

Cependant, lorsque la plate-forme a été lancée quelques mois plus tard, non seulement elle avait déjà du mal à fidéliser les utilisateurs, mais il lui manquait plusieurs fonctionnalités clés, car l’équipe de développement elle-même restait divisée sur la manière dont Google Stadia aurait dû être déployé.

La récente consolidation des principaux éditeurs de jeux, entre Microsoft achetant Activision Blizzard et PlayStation acquérant Bungie, a effrayé les dirigeants de Google et les a incités à poursuivre une approche conservatrice de l’avenir à long terme de Stadia.

En conséquence, Google a choisi de concentrer la plupart de ses efforts sur la sécurisation des accords en marque blanche qui exploitent la technologie sous-jacente qui a récemment été rebaptisée Google Stream. Alors que Google a conclu un accord avec Peloton pour prendre en charge les jeux sur ses vélos, la société d’équipements d’exercice a interrompu la production de ses produits de fitness connectés en raison de la baisse de la demande. De plus, les discussions que Bungie a eues avec Google sur l’utilisation de la technologie de Stadia pour prendre en charge un service de streaming Bungie ont été plongées dans l’incertitude depuis le rachat de Bungie par PlayStation .

Alors que Google a choisi de continuer à prendre en charge l’extrémité consommateur de Google Stream , à savoir la plate-forme Stadia elle-même, son budget et son objectif ont été considérablement réduits. Bien que de nombreux initiés du projet souhaitent maintenir la plate-forme à long terme, son avenir dans l’industrie du jeu est devenu précaire.

 

Partager :

Negan
[CEO des magazines MEGA Force - PLAY Mag et Président de l'association WEB.E-Force] Que la MEGA Force soit avec vous et à jamais !

Autres articles