Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT
Capture d’écran (121)

TEST : THE KING OF FIGHTERS XV

Le souvenir partage avec le plaisir un socle commun à l’apanage délicieux. Bim. Cependant, si l’un comme l’autre ne s’acoquinent pas avec la stimulation, ils se contentent de vivoter, hagards, nous laissant éloignés du qui-vive. Et avouons-le : pour de la baston, ça la fout mal ! Tout cela pour dire que vient l’heure de King of Fighters XV qui débarque sous nos latitudes quasiment 6 ans après son prédécesseur. A une autre époque, les itérations étaient annuelles.

Bon sang, que cela nous a excités ! Car malgré leurs qualités respectives, Street Fighter V et Tekken 7 s’approchent de leur crépuscule, tirant bientôt leur révérence imbibée d’un bilan loin de faire l’unanimité. Au milieu de tout cela, et si vous n’êtes pas un adepte de la philosophie des jeux sus-cités, nul doute que vous êtes soit imperméable au versus fighting, soit un inconditionnel de la série de SNK, medley regroupant Art of Fighting et Fatal Fury entre autres.

Pour les plus jeunes, il s’agit de resituer les choses dans leur contexte : KOF est un des maîtres de la castagne et un des fers de lance de la Neo-Geo dont la première apparition en 94 en appellera tant d’autres qui donneront lieu à de multiples sondages pour déterminer l’identité du meilleur. Or, vous le savez et c’est bien connu : les millésimes 96 et 98 sont là pour tous les dominer !

Une séquestration et un bon nombre d’insultes plus tard, nous voilà face à notre objet, lui qui porte la responsabilité du passé et de la gloire d’antan. Après avoir divisé les fans (et même les autres), voilà que la série pointe le bout de son nez bourré d’ecchymoses pour brandir la bannière du respect qui lui est dû. Et qu’elle viendra chercher, d’une manière ou d’une autre !

Bref, il va sans dire que l’attente est insoutenable pour les combattants que nous sommes, toujours prompts à intégrer des recrues toutes fraîches, gantées de métal afin d’assaillir l’ennemi. Un désir toutefois couplé à une profonde inquiétude, tant le nak muay de la tartasse arcade dispose d’une place de luxe dans le convoi de la légende.

Bandez vos mains et ne craignez pas les multiples bourre-pifs : l’heure du premier round a sonné !

THE KING OF FIGHTERS XV 20220219184735

Histoire de se mettre dans l’ambiance !

Terry catcheur

Avant de nous plonger dans les profondeurs des mécaniques de gameplay, sachez que si vous êtes familier avec tout ce qui concerne la baston vidéoludique, alors il est indéniable que vous n’aurez aucune sensation de traverser des terres arides et hostiles, quand bien même vous ne saisirez pas toutes les subtilités de prime abord. Excepté, encore une fois, si l’appel de KOF XIV fut trop insistant. Les bases sont similaires. Peut-être même de trop en dépit de nettes améliorations. En tout cas, sachez que si énormément d’espoirs trouvent une issue heureuse, certaines zones d’ombre ternissent un peu le tableau.

La première stupeur est visuelle ! Si, comme nous, vous n’avez pas fait le deuil de cette alchimie de pixels qui composaient jadis le tronc de KOF, la direction artistique a de quoi décevoir, tout simplement. Certes, nous sommes conscients que le budget est loin d’être illimité et, il faut le dire, les développeurs contournent souvent cet état de fait. Il est clair que les couleurs et l’aspect général sont bien plus chatoyants que les attributs de l’aîné. Sont-ce là les conséquences du support de notre version testée (la Playstation 5) ?

THE KING OF FIGHTERS XV 20220219173511

Oui, l’aspect est plus soigné par rapport au prédécesseur

Pas exactement car les jeux de lumière font le travail et le panel des couleurs est vraiment pertinent, à l’instar des différentes représentations des lutteurs. D’où vient donc le problème ? Si les décors disposent d’une technique réussie, rien n’est vraiment mémorable. Qu’il est loin le temps des niveaux à l’essence baignée de l’arcade pure ! Certaines zones flattent la rétine mais malgré la variété des biomes, difficile de ne pas ressentir un manque. D’autant plus que certaines choses sont tout bonnement foirées, comme la modélisation de quelques PNJ assistant au combat et, pire, du framerate lors de leurs mouvements pour donner une impression de vie.

Cela casse immédiatement l’immersion, brisant par exemple l’hommage sympathique dédié à Metal Slug. Les caractéristiques qui font de KOF une œuvre à part font parfois défaut. Entendons-nous : tout est loin d’être repoussant et le jeu est joli. Pour le reste, les effets graphiques sont majestueux et efficaces. De surcroît, les animations de ceux-ci sont à tomber ! Le constat est le même pour les personnages, à l’exception de ratés sans gravité.

THE KING OF FIGHTERS XV 20220218222021

Un « gimmick » bien foutu et drôle à la fois !

J’en perds KOF

Et des combattants, parlons-en ! KOF a toujours été générateur d’un chara-design particulièrement racé. Pour cette “édition XV”, le choix est clivant. Poursuivant la lignée tenue depuis un moment, le jeu opte pour un rendu propre et lisse à la fois. Si cela ne choque pas concernant certaines connaissances, d’autres ont un ravalement de façade peu ragoûtant. On pense notamment à l’un de nos chouchous, Andy Bogard, qui semble étranger à ce qu’il était. A l’inverse, puisque nous passons en revue la team Fatal Fury, Joe s’en tire bien, tout comme les rookies de cet épisode. Quelques choix sont proprement géniaux (King of Dinosaurs !), d’autres plus discutables. En outre, rares sont les fautes sur ce point.

Nous serons émus aussi de voir que les sprites ont plus de mal à s’intégrer aux cinématiques en raison d’une incrustation compliquée. Néanmoins, cela ne se produit pas durant les affrontements, particulièrement lisibles. Il est clair que l’ensemble évite la surcharge : épuré sans être vide, tel est le deal. Un réel confort de jeu qui laisse admirer l’arrière-plan sans que celui-ci ne devienne trop envahissant, laissant le loisir de se concentrer sur l’action en cours.

THE KING OF FIGHTERS XV 20220219134658

L’action est lisible et c’est essentiel pour le genre…

Pour ce qui est de l’OST, il est appréciable (via la station DJ) de pouvoir débloquer des morceaux venant des opus précédents, voire même d’autres essais de la compagnie. Pour ce qui est des pistes inédites de cette version, il faut reconnaître que la partition est déséquilibrée lorsqu’elle n’est pas hors sujet. Certains extraits agacent alors que la musique de l’écran-titre est plutôt agréable. Cela ne nuit pas à l’ambiance générale puisque le restant du sound-design est tout bonnement prodigieux ! Les impacts sont lourds et bien rendus tandis que la sensation de puissance est réelle.

Les menus sont, quant à eux, suffisamment ergonomiques, évitant de se sectionner en sous-parties qui n’en finissent plus. Cela peut sembler mineur alors qu’en réalité, cela confère une expérience séduisante qui permet de se rendre aisément là où nous souhaitons aller, le multi ou le solo proposant quelque chose de tout à fait différent. 

En tout cas, l’apprentissage est encouragé en testant les fonctionnalités proposées et ce n’est pas un luxe ! Maîtriser KOF XV prend un certain temps nonobstant une sensation de fun rendue immédiatement.

THE KING OF FIGHTERS XV 20220216183831

Rester patient…puis entreprendre !

Bon : Joe vit ! 

“Alors, jouissif ce KOF ?”. Assurément. Nerveux, le système demande d’étudier le concept pour bien en faire le tour et éviter à tout prix le phénomène “j’appuie et ça passe”. Résolument décidés à proposer un challenge susceptible d’attirer un public non-initié, les créateurs ont tenté de proposer un juste milieu composé de concessions et de technicité à toute épreuve. Et, nous réitérons, cela va dans le sens de la démarche entamée par le XIV, avec une meilleure exécution cela dit. 

Pourtant, comment expliquer ce didacticiel rachitique ? Ce dernier est rapidement plié et vous vous retrouvez par la suite lancé dans le grand bain sans vraiment avoir l’occasion d’avoir saisi les singularités qui composent le soft. Tout est une question de timing, contres et gestion de l’espace (entre autres). Quoi qu’il en soit, la mise en bouche est beaucoup trop pauvre pour vous permettre de tout appréhender. En ce sens, nous ne saurons que trop vous conseiller d’alterner lors de vos premiers pas entre les combats (uniques ou en mode “histoire”) et les entraînements afin d’aiguiser vos réflexes.

THE KING OF FIGHTERS XV 20220219191213

Une fois tout cela intégré, il y a du bonheur au bout du chemin.

Heureusement, KOF dispose d’une communauté suffisamment étoffée pour découvrir de multiples aides ou tutos, que ce soit par le biais de forums ou de vidéos. Cela s’ajoute à l’empirisme qui empêchera de stagner. Toujours est-il qu’avant de défier d’autres champions, en local ou en ligne, il faudra savoir se poser et étudier sérieusement le rythme des rixes pour tirer le maximum de chaque fighter, dont l’équilibrage semble pour le moment correct, évitant un match up totalement désordonné malgré une tiers list déjà bien installée.

Le roster initial comprend 39 belligérants, réunis par 3 dans une team prédéfinie même si, comme de coutume, vous pouvez la personnaliser. Vous aurez le plaisir de retrouver de vieilles gloires et seulement un trio de petits nouveaux répondent à l’appel et…ils n’ont certainement pas à rougir de leurs prestations ! L’arc lancé précédemment se poursuit avec de multiples clins d’œil. Et les absents ? Ils complèteront le casting plus tard par le biais de DLC’s, pratique que nous condamnons encore et toujours au sens où les ajouts sont déjà planifiés. Malgré tout, la distribution est très convenable d’autant plus que même si certains conquérants appartiennent à une catégorie identique, on ne peut parler d’ersatz en établissant les comparaisons. Et il y en a pour tous les goûts, sachant que la médaille a toujours un revers (puissant mais lent, plus faible et rapide…), entre les spécialistes du càc, les harceleurs, les défensifs ou encore les catcheurs… Certains sont carrément conseillés aux novices. Une pluralité exploitée avec justesse !

THE KING OF FIGHTERS XV 20220219143643

Un casting très efficace…

King of Fighters : Shermie une patate !

Pad dans les pognes, vous constaterez d’entrée que les cases du contrat de la bagarre sont toutes cochées. Sauts, courses, back dashs, roulades, gardes, projections… Tout cela est parfaitement dynamique et plutôt facile d’exécution et vous alternez entre coups faibles et forts, à chaque fois pour les poings/pieds, à bien doser pour casser une attaque ou plutôt exploiter une ouverture. Le tout est bien sûr agrémenté des classiques quarts de cercle, parfois à associer, pour sortir des coups spéciaux plus ou moins gourmands, voire “gratuits” qui infligent des dégâts plus ou moins importants.

Ainsi, en plus de votre barre de PV ou de garde (qui s’amenuise à force d’encaisser des parpaings), vous avez une jauge qui peut monter jusqu’à 5 paliers et dont l’utilité est diverse. Du déjà-vu tout en gardant une efficacité diablement redoutable ! De manière classique, il suffit de cogner et d’en ramasser dans le beignet pour la remplir. Concrètement, cela permettra d’avoir un “réservoir” pour effectuer certaines techniques spéciales un peu coûteuses. Une fois un certain niveau atteint, vous serez libre d’utiliser un “Mode Max” durant un laps de temps fixe qui, pour résumer, vous octroie un boost des stats. Ou un gain de vélocité via le « Quick ». Cela vous paraît barbare ? Que nenni ! Vous comprendrez à l’usure. Bref, features, furies et temporalité… le compte y est en toute fluidité !

THE KING OF FIGHTERS XV 20220219142708

Exactement !

Enfin, un certain degré vous permettra de lâcher un coup spécial “Climax” particulièrement dévastateur si l’adversaire ne se protège pas, pouvant enlever jusqu’à quasiment 50% de la santé ! Cela peut s’avérer frustrant mais il est de fait tout à fait possible de renverser la vapeur grâce à ce procédé en se forçant à l’économie. La combinaison n’est pas affreuse tout en restant technique et au stick, c’est totalement jubilatoire ! Ce qui l’est moins en revanche, c’est que cela est aussi tout à fait réalisable en martelant 4 fois la même touche… Une offensive meurtrière faisant suite à un combo simplifié ?

Oui. Dans une volonté d’ouverture, KOF XV permet aux néophytes de se mesurer à des joueurs chevronnés en offrant une infime perspective de s’en sortir. Que l’on ne s’y trompe pas néanmoins : si cela facilite grandement les choses, cela ne représente pas une fin en soi. L’expérience faisant toujours la loi, le tacticien aura toujours la maîtrise indispensable pour savoir quand et comment placer ce déferlement. A voir de quel camp vous vous réclamez : certains penseront que cela permet de se forger aux duels pendant que d’autres verront ça comme un retour en arrière, délaissant la méritocratie inhérente à la licence.

THE KING OF FIGHTERS XV 20220216182919

Les petits nouveaux nécessitent un peu d’adaptation.

Tête à Clark

Il est aussi probable qu’une frange de fans s’étranglent en voyant les possibilités de plus-value/handicap sélectionnables. Si cela facilite les choses pour démolir le boss final (plus pénible que réellement compliqué) par exemple, nous pensons sincèrement qu’il s’agit d’une option dispensable tant elles entrent en contradiction avec l’esprit du guerrier ! L’intérêt est plutôt de se mesurer de suite à l’IA en augmentant petit à petit la difficulté (ce qui permet de débloquer plusieurs bonus à la longue) avant de se confronter à d’autres humains… Le véritable intérêt d’un versus fighting !

Et si le “Shatter Strike” (fonction offrant des contres dévastateurs ou la possibilité de cancels offensifs pour allonger les combos) n’est pas acquise, nul doute que l’accès vers les sommets vous sera interdit. De fait, les possibilités sont riches et il vous faut prendre le temps de les intégrer car aucune n’est obsolète. Comme nous le disions, l’aspect communautaire sera salvateur tant l’autarcie paraît risquée (mais pas impossible) dans ce cas précis. Encore faudra-t-il faire face à l’input lag, particulièrement perceptible lorsque vous commencez à user de précision. Celui-ci est, selon les retours, moins violent sur les consoles de Microsoft et sur PS4 mais force est de constater que notre version PS5 en pâtit. Si un correctif est probable, nous ne pouvons que regretter cette lacune.

THE KING OF FIGHTERS XV 20220219144027

Nous savons que, dans l’immédiat, nous y reviendrons souvent !

Généreux, KOF XV vous proposera toujours ces combats à 3 vs 3 (le 1 vs 1 est proposé mais nettement moins intéressant). Attention toutefois ! Il est strictement impossible de switcher entre les combattants en pleine action. Vous déterminez l’ordre d’apparition et…c’est tout. A noter que l’augmentation de vie suite à un round gagné semble un poil abusive et nécessiterait un ajustement éventuel. Une formule connue qui fait tout le charme de la série de SNK !

Avant de terminer, il convient de vous évoquer les modes de jeux qui ne réinventent assurément pas la roue malgré une solidité à toute épreuve. Matchs classiques contre l’IA ou un ami en local, scénario ou en ligne, la durée de vie est quasiment infinie ! Doté d’un netcode costaud, vous pourrez participer à des joutes amicales ou classées, là où les victoires et déconvenues affectent votre rang. Créer un salon est faisable et, preuve que les cerveaux derrière KOF XV veulent que le joueur progresse, vous pouvez consulter des enregistrements d’autres gamers ou sauvegarder les vôtres ! 

Comme quoi les empoignades n’altèrent en rien l’instinct grégaire.

 

CONCLUSION
Dans la lignée du chemin tracé par son grand frère sans s’en écarter, ouvert aux novices sans renier sa technicité, King of Fighters XV est un paradoxe à lui seul. Riche, il laisse toutefois un goût de trop peu étrange au regard de la proposition. Sans doute que notre passif nous guide vers une intransigeance immuable. Toujours est-il qu’en dépit d’une volonté de laisser une chance à ceux qui débarquent, l’exigence reste le dogme de ce KOF version XV. Résolument nerveux, le jeu souffre d’un input lag gênant lorsque le niveau augmente, ce qui est particulièrement préjudiciable sur PS5. On pourra aussi reprocher le contenu déblocable par le biais de DLC’s prochains, la direction artistique pas toujours inspirée et des explications un peu obscures de son système mais nul doute que les qualités rattrapent une partie de ces travers. Doté d’un gameplay dopé aux hormones, il est certain que bon nombre d’entre vous y trouveront leur compte, ce qui est également notre cas. S’il fallait trancher, il nous serait néanmoins difficile de placer KOF XV sur le podium malgré la bonne tenue de son rang. Peut-être est-ce ce manque d’évolutions plus prononcées en marge du XIV qui nous interroge, ou cet enrobage qui stigmatise le produit tout en s’écartant trop des origines. Cela ne retire pas l’immense plaisir ressenti et la durée de vie stratosphérique inhérents à ce dernier crû ! Seulement, nous nous demandons s'il sera celui que nous choisirons dans quelques années, lorsqu’il faudra passer un doux passage de nostalgie. Dans l’immédiat, cela fonctionne et promet de durer encore un bon moment. C’est aussi ça la force tranquille.
EVALUATION DE LA REDAC
Son
7.4
Graphisme
7.5
Animation
8.2
Gameplay
8.8
Intérêt
8.5
Les plus
  • Un choix de combattants tous intéressants
  • Riche et nerveux
  • La technique améliorée
  • Le contre qui peut tout changer
  • Stable
  • La courbe d'apprentissage
  • Les impacts
  • Conçu pour durer un moment !
  • Parfaitement lisible
  • Le retour du Roi !
  • Le déblocage d'autres BO...
LES MOINS
  • ... car la nouvelle est atroce
  • La possibilité du combo automatique
  • la DA très contestable
  • Encore et toujours la politique du DLC
  • De l'input lag bien perceptible sur PS5
  • Les décors qui manquent d'âme
  • Quelques tronches de cake !
8.1
10
Incontournable

Partagez cet article

Fans du Beat'em Up, de SEGA ou encore de Nostalgeek, une chose vous réunit : vous êtes la Pop Culture [Responsable Relations Publics et Presse]

Autres articles

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicités détecté !!!

Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ces bloqueurs de publicités.

Powered By
Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock