Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT
Capture d’écran (121)

TEST : ANDRO DUNOS II

Le shmup partage avec le Schmurtz une valeur : l’immortalité. Or, nous connaissons tous l’exigence relative au genre, que ce soit au niveau de la résistance ou de la connaissance. Andro Dunos fait partie de ces titres un peu oubliés, ceux dont on garde un souvenir agréable sans pour autant les placer au panthéon. Pourtant, voilà que la suite débarque 30 années plus tard sur nos machines (plus ou moins modernes), un peu par hasard. Si nos souvenirs sont un tantinet enfouis, l’heure n’est pas à la débâcle ! Il s’agit de juger un produit récent, se mesurant aux mastodontes dans l’espoir de se faire un nom, le grand frère n’ayant pas suffisamment d’aura retentissante pour planifier une place au soleil sans effort.

Ainsi, l’heure des braves est venue. Face à nous se dressent les bataillons des anonymes, ceux dont l’Histoire a oublié le nom, prêts à mourir pour la cause.

Au-delà de cette métaphore un brin enflammée se cache une profonde interrogation concernant les objectifs du studio Picorinne Soft (soutenu par Pixel Heart et Just For Games) qui a relevé le défi de ressusciter une licence dont nous n’attendions pas forcément le retour. Un pari osé, quasiment frénétique, qui sied parfaitement avec le shoot’em up, cet univers où il faudra survivre à un contre cent, les derniers espoirs étant en perdition.

Bref, tout ceci pour dire que ce nouvel OVNI nous intrigue, d’autant plus que la sortie est multiple. De 1992 à 2022, le paradigme a bien changé. C’est donc sans certitude que nous abordons l’objet, remontés à l’idée de faire plier des armadas toujours plus puissantes et décidées à nous éradiquer coûte que coûte. Encore faut-il réussir à impressionner l’Albator qui sommeille en nous, toujours prompt à déjouer les hordes de pièges qui se dressent devant lui. D’un autre côté, cet affrontement est peut-être ce qui peut arriver de mieux à nos adversaires : brutal mais rapide.

Enfilons nos bottes et coiffons nos casques : les félons sont à nouveau à nos portes et il est temps pour nous de les déloger !

Andro Dunos 2 20220410135210

Une bonne explosion pour fêter ça !

Andro m’adhère

Ne nous perdons pas au milieu d’une pluie de météorites : le scénario de Andro Dunos II est dans la lignée de son prédécesseur. Comprendre par là que nous sommes face au minimum syndical et il est même fortement probable que, in-game, vous ne prêtiez que peu d’attention au lore. Normal pour un shmup nous diriez-vous avec justesse. Après tout, il n’est pas obligatoire d’avoir l’ambition narrative du récent Chorus. Cependant, il va falloir rouler des mécaniques pour tenir la dragée haute à tous ces costauds qui pullulent dans le genre.

Et graphiquement, autant dire que le parti-pris est féroce. Ce sera old-school, un point c’est tout. Marié à la tradition du pixel, Andro Dunos II n’en démord pas et si vous êtes insensible à l’esthétique du passé, alors autant passer de suite votre chemin. Sans chercher à défaire les rouages, le jeu se réclame proche de son aîné avec quelques nuances. Délaissant la logique volontairement et quelque peu “cradingue” de son « big brother », la suite se veut tout autant organique et vivante.

Andro Dunos 2 20220410165529

Classique ? Certainement mais c’est efficace !

Tout cela est simple : les machines fonctionnent un peu comme des bêtes et offrent la sensation de vie, délaissant le pilote derrière tout ceci. C’est d’ailleurs un regret concernant notre navire volant, assez kitsch finalement et sans véritable âme. Comme dans l’original… Cependant, il n’est point question de saboter le gouvernail ! L’ensemble est tout aussi fluide que lisible. Bien sûr, l’aspect Manic Shooter n’est pas de sortie mais vous vous retrouvez confronté à bon nombre de vilains vous balançant leur rage sous forme de tirs. Toutefois, vous ne serez jamais mis à défaut par la confusion visuelle, tout bonnement absente. 

Clair et limpide : voilà le plus grand succès de Andro Dunos II !

Andro Dunos 2 20220410133710

Une attaque bien utile !

Andro m’aida

Si la révolution n’est pas de mise, le rendu est propre, d’autant plus que les arrière-plans ont le bon goût de vous annoncer ce qu’il adviendra quelques instants après. Et que dire de la magnificence de l’explosion des boss tout juste domptés ? Un véritable régal ! En tout cas, il est clair que le travail sur la colorimétrie a fait l’objet d’une application particulièrement méticuleuse, en dépit d’une inquiétude grandissante et justifiée lors de la traversée du premier level, assez banal en somme.

Par la suite, les choses s’améliorent avec délicatesse et si on pouvait reprocher une certaine monotonie au premier volet dans son level-design, le millésime 2022 apporte son lot de consolation avec des biomes variés et fascinants, tout en conservant une certaine sobriété afin de ne pas engorger l’écran. Forcément, les allergiques au pixel resteront insensibles, tandis que les autres crieront à la paresse.

Andro Dunos 2 20220410133648

Une scène aussi originale que sympathique.

A notre sens, tout est bien agencé, sans fioriture et c’est en cela que Andro Dunos II accomplit son devoir. Gourmet sans être gourmand : la marque des grands !

Et ce « bestiaire » bon sang ! Évitant la souricière du “color swap”, l’opposant arbore de multiples unités sous sa bannière, chacune disposant de sa propre filouterie et de ses patterns destinés à vous perturber ! Et si les gardiens de fin de niveau en imposent, les demi-boss ou autres trash mobs ont une classe qui dégoulinent de leurs moteurs. Ainsi, démolir le malfaisant octroie une jouissance accrue, le sentiment d’avoir combattu le mercenaire étant si immersif.

Andro Dunos 2 20220410131754

Une intro rapide mais qui en jette !

Andro m’hacke  

Certes, comme nous l’expliquions, la proposition graphique en laissera plus d’un sur le carreau et même si nous nous satisfaisons de l’aspect de Andro Dunos II, il faut bien admettre qu’il y a des concurrents bien plus impressionnants. Ne nous mentons pas : techniquement, nous sommes loin des standards ! En outre, entendons-nous : ce choix est délibéré et s’il peut s’avérer clivant, il n’en reste pas moins assumé jusqu’au bout. Surtout que cela ouvre la voie au framerate stable, ce qui est essentiel.

Dans sa volonté de muscler son jeu, Andro Dunos II répare une des tares de son modèle de 1992. Sans y aller par 4 chemins, l’OST est juste dingue ! Composée par Allister Brimble (aux commandes de Alien Breed, Superfrog, Driver ou encore Project-X, pour ne citer qu’eux), la partition impose une atmosphère en adéquation avec l’action, sans chercher à dérouter le pilote en herbe.

Andro Dunos 2 20220410133409

Une autre idée du ménage !

Le thème des affrontements est tout simplement stratosphérique et chaque note est savamment dosée.

Et ces bruitages, que diable ! Tout bonnement parfaits, à l’instar de ces tirs des armes lourdes totalement crédibles. La bataille spatiale n’en est que plus viscérale et ce malgré une présentation un poil académique et des explosions classes mais qui manquent de peps. En tout cas, le sound design tourne à plein régime, brandissant le drapeau “old-school” pour mieux nous montrer qu’aujourd’hui encore, il est possible de sublimer les nineties, voire même de les dépasser avec cette aisance qui pourrait passer pour une insolente réussite aux yeux des apprentis.

Andro Dunos 2 20220410133229

Immobiles ? Oui mais accrocheurs !

A l’envers, à l’Andro

“Bon le NBK, vous en avez fini avec vos conneries oui ?! Nous ce qu’on veut, ce sont des sensations à la manette ! Tout de suite !”. Vœu qui sera exaucé jeunes gens ! De nouveau, rien de bien singulier sous le soleil. Le tutoriel vous donnera le “la” de ce shmup au scrolling horizontal : on bouge, on tire et on switche d’armement. Au shoot classique s’additionne l’hyper, une salve bien plus puissante et salvatrice dont les spécificités dépendent de la pétoire choisie. Balayage de boulettes, lasers de protection : il y en a pour tous les goûts ! De surcroît, il faut admettre que le rechargement se fait rapidement, rendant l’utilisation très (trop) permissive.

Cela sera d’ailleurs considéré comme un défaut majeur par les puristes : malgré ses 3 options de difficulté, Andro Duno II n’est pas vraiment retors. 3 vies sont disponibles et les crédits peuvent monter jusqu’à neuf, d’autant plus que recommencer à un niveau précis vous remet complètement d’aplomb.

Andro Dunos 2 20220410132954

Une entrée en matière fulgurante !

C’est à notre sens le dilemme qui enquiquine le studio de développement, coincé entre accessibilité et respect de la tradition.

Bien sûr, le scoring reste un pilier du jeu et si le soft est un peu court car uniquement composé de 7 niveaux (sans compter les bonus, déblocables et pas inintéressants), l’envie d’y revenir nous démange à chaque instant. Probablement est-ce son ergonomie millimétrée, hormis cette saleté de “start” mal foutu, qui nous pousse à relancer une nouvelle partie, allez savoir. Toujours est-il que le concept est plaisant et instinctif. Un bon shmup sans prise de tête ? 

Pas tout à fait.

Andro Dunos 2 20220410140547

Une furieuse envie de tout péter !

Sale Andro (au Pakistaaaaaaaaan !)

Et alors ? C’est tout ? Bien sûr que non puisque Andro Dunos II utilise tous les atouts du genre à son avantage sans sourciller. Les déplacements sont très souples et si les situations ont déjà été vues et revues ailleurs, elles sont les témoins d’une efficacité sans faille. Certes, nous connaissons le déroulement mais ne soyons pas de vils chafouins : les stages sont particulièrement rythmés. Les diverses phases se goupillent bien entre elles au point d’adoucir les transitions, ce qui donne une mise en scène dense et réussie.

Il vous faudra donc savoir être offensif, battre en retraite et choisir le bon timing selon les adversaires qui se dressent devant vous. Il vous sera tout autant nécessaire de bien choisir vos armes, votre arsenal étant complet. Cependant, certains n’ont pas l’effet escompté devant le malin coquin, d’où la nécessité d’en changer à la volée. Et si l’une d’entre elles est un peu cheatée (on ne vous dira pas laquelle, amis filous !), force est de constater que la complétion est essentielle. 

Andro Dunos 2 20220410171046

Les victoires sont si jouissives !

D’ailleurs, vous ne vous contentez pas de tirs de face ; ainsi, vous disposez (selon votre choix) de missiles air/sol, shoots par derrière ou en diagonale ainsi que toute une panoplie fonctionnelle. Par analogie, tout cela est évolutif selon les bonus que vous ramasserez et qui engendrent un risque mesuré pour les récupérer. C’est aussi en cela qu’il vous faudra réfléchir concernant l’abordage : attendre que les vagues disparaissent ou accélérer le processus en dégommant tout ce qui bouge ?

Vous aurez aussi accès en fin de niveau à un boost possible, selon les boules bleues emmagasinées, qui vous permettront d’engranger du pouvoir. Oui, dans Andro Dunos II, le power up est capital ! Il vous faut aussi veiller au level up des modules de bouclier ou de fusées afin d’éviter de se retrouver en slip devant le premier obstacle venu. Observez aussi votre environnement car, comme évoqué plus haut, des capsules (diverses, reconnaissables selon la lettre utilisée) permettront d’effectuer une montée en puissance de vos pétoires, un peu de manière aléatoire au beau milieu de l’action cependant…

Andro Dunos 2 20220415122049

Dommage que nous n’en voyons pas plus souvent !

Andro gène ?

Retenez toutefois que, comme vous le savez, la médaille a toujours un revers et qu’utiliser la barre de super abaisse la force de l’arme que vous utilisez à l’instant T même si son niveau était au maximum. De plus, chaque artillerie dispose d’avantages et d’inconvénients qu’il va falloir sérieusement étudier, sous peine de se faire fesser à intervalles réguliers. Tout parviendra clair grâce à l’empirisme, fruit d’expérimentations diverses. Cela implique de refaire Andro Dunos II plusieurs fois avant de trouver le bon tempo. Tout en apprenant à conserver ses précieuses vies car le prix à payer est…rude. Rebooter son arsenal fièrement acquis est un véritable malus que vous ne souhaitez pas découvrir !

Les dilemmes paraîtront moins contraignants car vous saurez quand lâcher la foudre et quand il faudra se montrer plus patient. En effet, la perte de puissance peut vous être fatale ! L’esprit arcade ? Complètement même si, nous réitérons, aller au bout ne vous prendra pas plus d’une heure, même pour les débutants. Nous y voyons là une volonté d’initiation sous couvert de prolongation d’un titre obscur. Dommage d’ailleurs que l’aventure ne puisse pas se parcourir à 2…

Andro Dunos 2 20220410140906

Certaines scènes se jouent en speed !

Et comme la valeur comparative ne connaît que la pertinence par le biais de l’objet initial, nous vous proposons (parce que vous êtes tous sympathiques) un véritable “test dans le test” où notre camarade Lord Paddle va vous décortiquer Andro Dunos, premier du nom.
Vous observerez que le constat est diamétralement opposé !

Andro Dunos Neo Geo : ça vaut quoi ?

Andro Dunos. Si ce nom ne vous dit rien, sachez qu’il s’agit d’un shoot’em up à scrolling horizontal assez peu connu de la Neo Geo, édité par le studio japonais Visco – habitué de la console de SNK – en 1992 sur MVS puis AES. Dans ce jeu vous allez devoir encore une fois – ô surprise – botter le cul à une armée d’aliens belliqueux qui cherchent encore des crosses à l’espèce humaine ! Grand mal leur en a pris, puisqu’ils vont connaître la fureur de deux pilotes humains déterminés à mettre un terme à cette guerre insensée à bord de leurs vaisseaux prototype – le « Yellow Cherry » et le « Red Fox » – construits à partir d’une puissance de feu mystérieuse et infinie. Concrètement, ce Andro Dunos est un melting-pot de tous les titres bien connus de l’époque : prenez un zeste de Thunder Force, une pincée de Gradius, une louche de R-Type, une larme de Zero Wing, mélangez le tout et servez votre Andro Dunos . Bon appétit !

Soit, c’est parti pour 8 niveaux de destruction pure où vous devrez franchir les lignes ennemies jusqu’à la base secrète alien où vous attendra de pied ferme le chef extra-terrestre armé jusqu’aux dents (ou jusqu’aux crocs). L’armement de votre vaisseau est constitué de 4 armes de base que vous pouvez sélectionner à tout moment en appuyant sur l’un des boutons de la manette (ou de la borne si vous jouez sur système MVS) : Type 1 tir frontal, Type 2 tir avant et arrière, Type 3 laser déclinable en 4 tirs et enfin Type 4 tir multiple frontal. Chaque arme est upgradable sur plusieurs niveaux en récupérant des power-up.

Andro Dunos C

Le pouvoir des 90’s !

Il y en a d’ailleurs de trois sortes : une bulle « B » bonus (si vous les récupérez toutes, elles seront comptabilisées en fin de niveau et vous aurez alors droit à un gros paquet de points bonus et une augmentation du niveau des armes), une capsule qui change de lettre en alternant entre « S », « B », « M » et « U », correspondant à une augmentation de niveau d’une de vos 4 armes. L’augmentation de puissance de celles-ci vous permettra également de récupérer deux modules supplémentaires et des missiles dont la trajectoire et le mode d’attaque dépendra de l’arme sélectionnée. Ainsi, le fait de choisir librement parmi une panoplie de 4 armes à tout moment est clairement emprunté ici au Thunder Force de Technosoft qui utilisait un système d’armement similaire.

Andro Dunos B

Mêmes mécanismes ?

Vous aurez aussi parfois la possibilité de récupérer des vies supplémentaires même si elles sont plutôt rares dans le jeu. Enfin, lorsqu’une de vos armes a atteint au minimum le niveau 2, vous pouvez charger une barre d’énergie bleue et lâcher la purée lorsque l’indication « Weapon » se met à clignoter : hop, dégelée (royale) dans la face de tous les tristes sires qui oseront montrer le bout de leur blair en face de vous ! Attention, l’utilisation de ce super tir downgradera le pouvoir de vos armes d’un niveau et vous risquez alors de ne plus pouvoir vous en servir par la suite…gérez donc bien votre super arme (qui est l’équivalent du « beam » de R-Type). A titre d’exemple : gardez le super tir contre les boss à la fin de chaque niveau car la plupart d’entre eux partiront en fumée avec juste un super tir concentré (du moins pour les 3 premiers).

Niveau réalisation, le jeu est correct sans plus. Les graphismes, plutôt jolis et colorés. Ils ont un aspect un peu simpliste (le look du vaisseau rappelle celui de Zero Wing de Toaplan, curieusement…) et sont clairement orientés shoot’em up 16 bits sans éclat, qui ne profitent nullement des capacités de la Neo Geo. De plus, impossible de ne pas oublier qu’en 1992, certains gros ténors du genre sont déjà sortis sur la console de SNK à l’instar de Last Resort, Viewpoint, ou encore Alpha Mission II. En comparaison, Andro Dunos fait pâle figure et passe même quasiment inaperçu à sa sortie en 92.

Andro Dunos D

Peu d’effets, des sprites mignons tendance jeu Mega Drive ou PC Engine, un level design paresseux qui pioche des idées à droite à gauche : on y retrouve donc le lot habituel de bases ennemies souterraines, de bases sur la lune, de Q.G. alien, de pluie de météorites, de base secrète, de caverne… Au niveau des ennemis, nous ne sommes pas vraiment mieux lotis : des tourelles, des petits vaisseaux, des gros engins qui tirent de partout, des extra-terrestres/insectes, des appareils de forme circulaire qui apparaissent soudainement à l’écran et vous foncent dessus à plusieurs, rappelant des ennemis similaires des Gradius, et bien sûr des boss énormes bien fichus et souvent longs à battre (sauf si vous avez gardé un super tir sous le coude, bien entendu).

Le tout a un aspect très retro, très vintage. On notera simplement une timide tentative ponctuelle de jouer sur la perspective des décors lorsque certains ennemis viennent du fond de l’écran et se rapprochent de vous, mais c’est tellement peu développé et approfondi dans le jeu que cela en devient clairement anecdotique. Enfin, si vous voulez vraiment vous amuser, privilégiez le mode deux joueurs, bien plus fun et riche, qui rééquilibre la difficulté par ailleurs. De plus, il ne faut pas oublier que lorsqu’on perd une vie, on perd la puissance de nos armes, et là : bon courage pour y arriver ! La bande son est sympa mais ne laissera aucun souvenir particulier. Il s’agit
clairement d’un shoot’em up mineur de la Neo Geo qui a eu néanmoins la chance de connaître une suite !

CONCLUSION
Cible engagée ? Cible atteinte ! Andro Dunos II s’annonçait comme un projet un peu fou, ne serait-ce qu’en le considérant comme une suite que nous n’attendions pas vraiment. Pourtant, l’essai est bel et bien transformé avec un titre très maniable, fun et grisant. Evidemment, nous pourrions pester contre un manque flagrant de niveaux, malgré ce que vous pouvez débloquer, une esthétique très ancienne et une recette goûtée à maintes reprises. Ce serait peut-être un jugement un peu dur devenant la propriété de plusieurs d’entre nous. D’ailleurs, la production risque fortement de recevoir quelques critiques de la part des gamers accrocs au genre en raison de son accessibilité et de son classicisme. Néanmoins, nous sommes plus enclins à rejoindre le camp adverse, celui qui met en avant les grandes qualités du titre qui donne une véritable sensation de progression, avec une difficulté abordable qui évitera de rebuter les nouveaux-venus. Ainsi, en plus d’honorer son grand frère en poussant son concept avec une justesse incroyable, Andro Dunos II se meut en parfait exutoire destiné à un large public. Les concessions seront probablement difficiles à encaisser pour les vétérans mais ils ne pourront pas nier le savoir-faire des créateurs. C’est en ce sens que ce shmup à la fois old-school et moderne dispose de notre bénédiction. Grâce à lui, l’appel du cockpit est éternel.
EVALUATION DE LA REDAC
Son
8.5
Graphisme
6.5
Animation
7.4
Gameplay
8.5
Intérêt
8
Les plus
  • Souple et fun !
  • Rythme bien calibré
  • Le concept amélioré
  • Les affrontements soutenus
  • Lisible
  • Accessible...
LES MOINS
  • ... peut-être trop !
  • La campagne courte
  • Très classique
  • Pas de mode 2 joueurs, vraiment ?
7.8
10
Super

Partagez cet article

Fans du Beat'em Up, de SEGA ou encore de Nostalgeek, une chose vous réunit : vous êtes la Pop Culture [Responsable Relations Publics et Presse]

Autres articles

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicités détecté !!!

Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ces bloqueurs de publicités.

Powered By
Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock