Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT

TEST : XENOBLADE CHRONICLES 2

Nous sommes le premier décembre 2017, année du lancement de la Nintendo Switch, qui a vu débarquer Zelda Breath of the Wild en mars, puis Mario Odissey en octobre, et qui s’offre pour couronner cette tri-force de folie, un voyage enchanteur dans un jeu au monde composé 1000 couleurs et répondant au nom de Xenoblade Chronicles 2. C’est la tête dans les nuages et les pieds dans l’océan, que se découvre ce nouvel univers enchanteur rêvé par Tetsuya Takahashi et son studio Monolith Soft.

Autant ne pas tergiverser pendant 10 paragraphes. De par ce qu’il propose, Xenoblade 2 est un jeu incontournable de sa génération, dès lors que vous vous intéressez aux RPG. D’une part, puisqu’il est le digne héritier du premier épisode qui figure parmi les meilleurs jeux de la WII, et d’autre part, imaginez-vous un monde où les Titans sont des formes de vie gigantesques, adaptés à accueillir la civilisation humaine et la vie sous toutes ses formes d’intelligence. Le monde dans lequel vous évoluez, Alrest est construit sur les vestiges d’une civilisation maintenant oubliée, et dont il ne reste rien ou presque, si ce n’est cet arbre Monde, envahissant la voûte céleste et autour duquel tout gravite, à commencer par les Titans eux-mêmes. L’on raconte qu’il est la seule porte pour mener au paradis, à l’Élysée, là où siège Dieu, le grand architecte du monde.

Xenoblade 2 art 04

L’artwork de la version collector du jeu !

 

Alrest et l’arbre monde

Alrest, est d’inspiration scandinave dans sa structure, puisqu’il reprend le concept de l’Yggdrasil dans les Eddas, tout en y apportant divers changements. Il fonctionne avec pour point central un arbre monde autour duquel se déplacent nos Titans sur une mer de nuages. Sur ces Titans, à la manière des différentes régions soutenues par les branches d’Yggdrasil dans les croyances vikings, vivent de multiples populations aux cultures et aux mœurs différentes. Certaines tribales, d’autres orientées vers la mécanique ou le commerce… En sommes, les peuples sont nombreux. Parmi eux, l’on compte des sociétés repliées sur elles-mêmes et d’autres, tout à fait ouvertes aux échanges. Si chaque Titan est géré par un gouvernement autonome, un ordre clérical du nom d’Indolinefait figure d’autorité supérieure et respectée, à la manière du Vatican et des Papes à l’époque médiévale. . À sa tête, se place Amalthus.  Amalthus ne dispose pas de ce rôle par hasard, puisqu’il est le seul être vivant à avoir réussi à escalader l’arbre Monde pour rencontrer Dieu. De cette ascension, il a ramené deux Lames très puissantes Malhos et Mythra.

Mais qu’est-ce qu’une Lame ? Et bien une Lame, est une forme de vie enfermée dans un cristal qui, si elle est éveillée par un porteur (un pilote), s’active et demeure au service de ce dernier jusqu’à sa mort. À la mort du porteur, la Lame se rendort et oublie tout ce qu’elle a vécu au cours de cette existence, pour ne se réveiller qu’a réactivation de son cristal par un autre porteur, tout en étant totalement vierge de tous souvenirs de sa vie antérieure. Ce concept est en quelque sorte le principe de la réincarnation.

Xenoblade 2 007

Amalthus

 

Suite à une guerre répondant au nom de Guerre des Aegis, impliquant divers protagonistes du jeu et qui s’illustre dans le jeu Xenoblade Chronicles 2 : Torna – The golden Country, le monde s’est reconstruit et notre aventure démarre le plus simplement du monde, avec une journée comme les autres pour Rex notre héros. Ce jeune garçon est un récupérateur et voyage sur le dos d’un petit Titan du nom d’Azurda. Récupérateur est un métier propre au monde d’Alrest. Cette caste est capable de plonger dans la mer de nuages pour y remonter tout un tas de trésors, dans le but de les revendre et ainsi de faire du profit. Alors qu’il accepte un contrat de la guilde d’Argentum, financé par un étrange groupuscule du nom de Torna, le destin de Rex va basculer. Il va se retrouver lié à Pyra, une Lame à l’apparence féminine, maîtrisant le feu, en plus d’être visiblement très importante, puisqu’il s’agit en réalité du butin convoité par Torna et son très puissant leader Jin. De ce lien va naître une amitié et une promesse faite par Rex à Pyra, celle de l’emmener jusque sur le toit du monde, donc au paradis. Maintenant que le ton est posé, il est temps d’aborder le système de jeu !

Xenoblade 2 010

Rex et Pyra

 

XenoLames

Xenoblade 2 dispose de 5 personnages jouables dont 3 simultanément sur le terrain, avec chacun la possibilité de se lier à 3 Lames. Chaque Lame dépend d’un élément : Eau, Terre, Vent, Glace, Feu, Lumière, Ténèbres. Vous jouez le personnage défini comme leader, alors que les autres interagissent de façon automatique. Une Lame dispose de 3 attaques de base, déclenchables chacune après avoir fait monter leur barre d’action respective, en laissant frapper le pilote de manière automatique. En somme, une sorte de jauge ATB à la Final Fantasy déguisée. Chacune des 3 attaques standards des Lames amène des effets secondaires différents : récupération de potion pour gagner de la vie, estoc de l’adversaire, dégâts augmentés du coup porté en fonction du placement autour de la cible, dommages de zones ext … Bien exploiter ces options peut vite être redoutables, même si parfois dans la cohue des combats, il peut être difficile de se repérer. Les attaques se déclenchent avec 3 des 4 boutons de la manette X Y B alors que le A est destiné à lancer une furie à 3 niveaux.

Les niveaux montent en fonction du nombre d’attaques réalisées. Tout le sel de ce système réside dans les combos à déclencher avec vos 2 autres alliés présents sur le terrain. En effet, une fois la première furie lancée, un arbre élémentaire apparaît en haut à droite de l’écran et vous indique des embranchements à suivre, pour provoquer un finish dévastateur à votre enchaînement. Ces embranchements, au nombre de 3, sont des compositions d’éléments à faire dans un ordre précis et avec des furies de niveau précis. Comme votre leader, les 2 autres personnages gérés par la console disposent d’un nombre de 3 lames actives, chacune liée à un élément et qui font monter en même temps que vous, leur jauge de furie. Si vous ne les jouez pas directement, vous gardez un contrôle total sur leurs attaques spéciales par le biais des gâchettes ZL et ZR de la manette.

Xenoblade 2 015

Le menu des Lames ainsi que celui des personnages principaux

Xenoblade 2 014

 

De plus, le jeu fera en sorte de changer de lame automatiquement en fonction de l’élément désiré par l’arbre élémentaire. De votre côté, avec la croix directionnelle, vous changez de Lame à votre guise non sans un petit temps de recharge, afin de préparer au mieux vos enchaînements. La première furie devra être de niveau 1, la seconde de niveau 2 et le dernier forcement de niveau 3. Chaque furie voit son effet renforcé si vous réalisez correctement les quelques QTE qui apparaissent au moment où vous l’activez. Si les 2 premières se déclenchent directement dans le combat, celle de niveau 3 se voit gratifier d’une belle animation appuyant son effet dévastateur. Une barre en haut à gauche qui monte au fur et à mesure de vos joutes, permet en plus du système précédemment abordé, d’enchaîner des furies de niveau 3 qui, si vous parvenez à briser des sceaux élémentaires propres à l’ennemi combattu, vous assure une déferlante de dégâts. Bien gérer ce mode peut vider la barre de vie d’un monstre même très puissant, d’un trait.

Si le combat sur le terrain demande de la concentration, l’organisation en amont de vos personnages depuis le menu est tout aussi importante. C’est donc à vous d’optimiser vos 9 Lames actives, de façon à avoir un nombre varié de pouvoirs élémentaires différents. Il sera aussi important de toujours s’assurer que les Lame liées aux pilotes, disposent de l’arme la plus performante possible.

Chaque Lame peut s’équiper d’objets renforçant ses capacités. Et ces mêmes Lames embarquent aussi un arbre de compétences différent appelé Sociogramme et qui les rend de plus en plus solides et efficaces en combat, mais aussi pour les actions de terrain. Pour le faire évoluer et le compléter, la route sera longue, très longue même, puisqu’il vous sera demandé des conditions telles que : tuer tel type de monstre dans telle zone, ou utiliser tant de fois telle attaque ou tel combo. En bref des conditions qui vous amène à être complétionniste. Et ça tombe bien puisque Xenoblade 2 dispose d’un nombre impressionnant de Lames rares (une cinquantaine avec les DLC et les patchs) à débloquer ! Certaines demanderont des dizaines d’heures de patience. La raison ?

Xenoblade 2 017

Les combats sont souvent dynamiques, parfois même un peu trop animés

 

Les Lames naissent des cristaux, et ces cristaux il en existe de 3 types : communs, rares et légendaires. Sortes de Gatcha intégré au jeu, c’est en utilisant certains cristaux, que vous éveillez une Lame et parfois au milieux d’une série de Lame de base, apparaît une rare. A chaque Lame rare découverte, la chance d’en obtenir une autre s’amenuise jusqu’à arriver vers la fin, à des statistiques de moins d’1 % de chance à partir d’un cristal légendaire. Cristaux légendaires, eux aussi extrêmement rares durant l’aventure et pénibles à récupérer puisqu’ils ne tombent que sur certains monstres spéciaux en fin de partie. Heureusement, il existe quelques petits « trucs » pour augmenter votre taux de chance d’avoir une Lame rare, mais à moins d’être en veine, vous serez sûrement contraint de passer beaucoup de temps avant d’obtenir la tant désirée, que dis-je La Magdalena du jeu : KOS-MOS. (Cette référence s’adresse directement aux fans de Xenosaga 3 ^^)

Xenoblade 2 dispose aussi d’actions de terrain amenant à la récolte, le minage, l’ouverture de porte est… Ces actions ne sont possiblement réalisables que si vous avez équipé sur vos pilotes des Lames disposant des capacités requises par le point d’intérêt avec lequel vous désirez interagir. Bien sûr les endroits les plus compliqués à débloquer offrent des récompenses adéquates.

Xenoblade 2 013

 

Tetsuya Takahashi : le taulier du JRPG

Pour Tetsuya Takahashi et Monolith, Xenoblade 2 est le jeu du bilan. Bien que beaucoup moins connu qu’un Shigeru Miyamoto, ce créateur dispose d’une carrière tout bonnement colossale dans le monde du jeu vidéo. Le média lui doit énormément tant il fut un acteur clé de bon nombre de jeux aujourd’hui incontournables. Xenoblade 2 renferme bien évidemment les thématiques mystiques et religieuses de Xenogears et XenoSaga. Elles sont ici réadaptées dans un monde où les hommes vivent sur des géants à l’image du premier Xenoblade qui bouleversa le genre RPG à son arrivée, avec une proposition du monde semi-ouvert vertigineux tournant sur un hardware limité : la Wii. Le jeu évoque également quelques réminiscences de Final Fantasy VI avec son empire de métal, mais aussi les décors naturels et mirifiques de Seiken Densetsu 3. En résumé, tous les grands jeux majeurs de la carrière de Tetsuya Takahashi résonnent dans Chronicles 2.

Xenoblade 2 011

Xenoblade 2 est sans problème l’un des plus beaux jeux de la Nintendo Switch. Et pour cause, sa direction artistique est hors du commun.

Xenoblade 2 004

 

Brûle mon KOS-MOS !

Ajouté à cela, on sent dès le début du jeu, des influences très Jap ‘anime. L’aura de Saint Seiya plane également sur Xenoblade 2, à travers une dynamique de mise en scène ébouriffante lors des cinématiques de combat. La réalisation de chaque fin de chapitre est une véritable claque dans la figure, que ce soit en matière de révélations que de mise en scène. Certaines scènes sont tout bonnement mémorables et n’ont rien à envier à la virtuosité du travail d’animation et de cadrages de Shingo Araki sur le manga de Masamu Kurumada. Cadrages, enchaînements de plans, doublage de seiyuu enflammés. Tout est absolument parfaitement maîtrisé. Et que dire du personnage de Jin, qui au-delà de partager certains traumatismes avec Hyôga le chevalier du cygne, est l’un des meilleurs antagonistes de RPG que l’on ait vu depuis fort longtemps. Et puis ces combats frénétiques aux codes bien établis du type : « un chevalier d’or ne peut subir 2 fois la même attaque » Bref ça défonce et ça respire l’amour…

Xenoblade 2 019

Jin, personnage torturé ô combien intéressant et profond !

Xenoblade 2 008

 

On retrouve aussi l’influence d’une série fort intéressante et plus récente : Gargantia de Gen Urobushi, qui a dû très certainement amener des pistes de réflexion sur le personnage de Rex et son rôle d’excavateur, ainsi que sur la fameuse mer de nuages sur laquelle flottent les Titans. Et enfin, il n’est pas possible d’évoquer Xenoblade 2 sans parler d’Excelled from Paradise, puisque ce film pose en quelque sorte une partie des bases du lore du jeu, tout en partageant son chara designer Masatsugu Saito. Le personnage d’Angela Balzac ressemble d’ailleurs comme deux gouttes d’eau à Mythra, de par son design mais aussi son caractère.

Vous l’aurez compris, la narration du RPG de Monolith soft est assurément très shonen, on peut même dire que nous somme dans le genre Nekketsu (sang chaud en japonais). Un genre très particulier mettant en scène un jeune garçon souvent orphelin qui, par sa volonté et son cœur pur, sera capable à travers LA quête initiatique inspirée de la matière romanesque, de se transhumaniser afin de dépasser sa condition et de s’éveiller au sacré.

Alors Shonen certes, mais un Shonen particulièrement dur, qui traite essentiellement de la mort, de la guerre et souvent à travers les yeux des enfants. Ainsi comment ne pas évoquer également l’œuvre de l’illustre Yoshiyuki Tomino et son implacable saga Gundam aujourd’hui incontournable notamment grâce à ses deux saisons cultes, l’originale Gundam 79 et la seconde Zeta Gundam, qui ont posé ces sujets dès la fin des années 70. Saga qui hante les travaux de Tetsuya Takahashi (et bien d’autres créateurs japonais) depuis de nombreuses années et que je conseille à tous les amoureux de Jap’anim et de travaux de Monolith soft.

Xenoblade 2 018

Les moments de bravoures sont nombreux

 

Dieu est mort ?

Mais que serait un Xeno sans une réflexion de fond sur la mort ? Xenoblade 2 ne fait pas exception et se place dans la lignée de ses illustres prédécesseurs, puisqu’il commence dès la première heure de jeu, avec un pacte entre les deux personnages principaux Pyra et Rex. Nos deux héros sont déterminés à refuser l’inévitable, à savoir la mort. La mort, le sujet central d’un récit où chaque personnage construit sa vie et sa quête personnelle en fonction de celle-ci. Traumatisme et déshumanisation causée par la guerre, refus de la perte d’un être cher, oubli de son existence après réincarnation, deuil impossible prolongé par une vie bien trop longue. Et pourquoi Dieu accorde-t-il tant de souffrance à ses ouailles ? L’homme ne mérite-t-il pas de disparaître face à son plus grand échec ? À savoir son impossibilité maintes fois répétée à construire un monde civilisé et en paix. Et bien sûr, la fameuse question, Dieu est-il mort ? Beaucoup de sujets que met en exergue le réalisateur de Xenogears depuis plus de 20 ans maintenant, et qu’il redéveloppe ou revisite à chaque nouvelle production, à partir d’un socle mythologique, philosophique et mystique solide, tout en ne succombant jamais à la facilité du machiavélisme.

On déplorera une censure américaine que l’on récupère également dans la localisation française puisque Dieu devient l’architecte, le paradis devient l’Élysée et pas mal des termes et de noms directement liés aux religions du livre sont retirés et remplacés par un vocabulaire plus mythologique.

Xenoblade 2 003

L’arbre-monde, menant au paradis vous toisera tout au long du jeu, peu importe sur quel Titan vous vous trouverez

 

Enfin, depuis le début de son existence, la saga Xeno ne cesse de questionner son auditoire pour le faire réfléchir. C’est donc assez naturellement que le jeu aborde un autre sujet très éloquent pour notre temps : celui de l’écologie. Les Titans pour certains vieux et fatigués, sont pourtant exploités économiquement et militairement sans réellement de recul sur leur capacité de résistance alors qu’ils sont le seul lieu de vie adapté pour l’homme. En conséquence, la série Xeno toujours aussi surprenante, continue d’entremêler de multiples thématiques, au service d’un jeu visant à faire passer divers sujets de réflexion à la manière d’un essai philosophique mais de façon ludique.

Xenoblade 2 016

 

Hall of fame du chara-design

Xenoblade Chronicles 1 s’était démarqué en son temps pour sa prouesse artistique, bien qu’il fût bridé par un hardware limité, comme évoqué plus haut. Et bien pour ce second opus, l’histoire se répète, puisque la Switch est clairement bien en deçà de ses concurrentes. Pourtant comme son aîné, Monolithsoft propose un voyage merveilleux et coloré soutenu par une direction artistique brillante. Pleine de prouesses esthétiques et d’inventivité, elle amène durant l’intégralité du voyage, des environnements colorés, variés, élégants, afin de bâtir un monde d’une rare originalité. Du ventre d’un Titan d’où vont se frayer quelques rayons de lumière irradiant des surfaces aquatiques, aux plaines verdoyantes caressées par des nuages en rase-mottes, en passant par d’anciennes structures endormies sous une épaisse couche de neige, à peine éclairées par de blafardes lumières froides, les Titans du monde d’Alrest sont aussi variés qu’extravagants.

Xenoblade 2 005

Le rendu 3D des personnages est quasi-similaire aux illustrations.

 

Le rendu des personnages est également très soigné et rend hommage au métier de chara-designer. Les personnages passent de l’illustration à la 3D, sans perdre une once de leur personnalité esthétique. Ainsi chaque séquence cinématique nous plonge dans un véritable animé Japonais. Un régal qui plus est soutenu par une version japonaise de qualité ! Mais comment pouvait ‘il en être autrement dans ce Xenoblade qui conjugue au pluriel le rôle de chara-design ! Il faut savoir qu’au-delà du casting de personnages initiaux, c’est n’est pas moins de 50 Lames rares en plus des conventionnelles qui ont été imaginées pour le jeu ! Eh oui ça nous rappelle un peu les belles heures de Chrono-Cross ! Sauf que pour ce tour de force, Monolith a voulu se payer une sorte de Hall of Fame des illustrateurs japonais. C’est donc une liste assez conséquente de personnalités qui se donnent rendez-vous !

Si Masatsugu Saito occupe le premier rang dans cette création de personnages, l’on retrouve entre autres des noms prestigieux tels que : Takahiro Kimura (Chara design de Code Geass), Soraya Saga (co-scénariste de Xenogears/Saga), Kia Asamiya (Chara designer de Silent Möbius), Ryousuke Aiba (Directeur artistique de Final Fantasy XI), Yusuke Kozaki (Chara designer de Fire Emblem Awakening et Fates), Nakaba Higurashi (illustrateur des splendides Baten Kaitos), Yasushi Suziki (l’auteur des illustrations absolument splendides de Sin and Punishment). Sans tous les citer, je vous invite, si vous aimez l’illustration ou le Chara-design à la japonaise, à aller découvrir le travail de tous ces gens, vous ne serez pas déçu ! Enfin il est difficile de parler de Xenoblade 2 et de ses personnages sans évoquer la participation de Tetsuya Nomura qui signe l’intégralité du casting des Torna : Le groupe d’antagoniste au cœur de l’intrigue. L’histoire entre T.Nomura et T.Takahashi remonte à loin, puisque le réalisateur de Xenogears avait sympathisé avec le jeune illustrateur à l’époque où ils travaillaient chez Square. Mais il leur avait été impossible jusqu’alors de travailler sur un projet commun. Et comme Xenoblade 2 est décidément le jeu de l’achèvement sur bien des points pour son créateur, voila qui est chose faite. Et on peut dire que T.Nomura ne s’est vraiment pas moqué de son « sempai », puisqu’il signe là parmi ses meilleurs personnages depuis bien longtemps, notamment avec le charismatique Jin, qui n’a d’ailleurs rien à envier à Sephiroth de Final Fantasy VII!

Xenoblade 2 art 02

Jin et Malos

 

Alors oui, puisque l’on en est à parler des personnages, il faut évoquer certains choix quelque peu Ecchi pour quelques personnages du jeu. A commencer par Mythra et Pyra. C’est évident ! Néanmoins, cela est souvent amené sur le ton de l’humour et n’entache en rien le récit. De plus en découvrant le background du jeu, l’on comprend que les Lames sont toutes créées par des humains. De fait, se distinguent les personnages humains, tous représentés de façon classique et sobre ; des Lames, beaucoup plus exubérantes, fantasques ou sexy. D’ailleurs, bien qu’en plus grand nombre, l’aspect sexualisé des Lames n’est pas propre aux personnages féminins. Il n’y a qu’à regarder le combattant imaginé par Soraya Saga pour le comprendre. Par contre il est extrêmement intéressant de voir une telle diversité de personnages fonctionner ensemble et matérialiser ce concept que des personnes du monde de Xenoblade 2 au fil des siècles, ont créé des êtres vivants selon leur désir. C’est une sorte de mise en abyme dans le récit du métier de Chara-designer qui consiste à créer des personnage à partir d’une idée, d’un concept ou même d’un fantasme !

Xenoblade 2 art 03

Une illustration signée Masatsugu Saito avec une bonne partie des personnages du jeu

 

Le retour inespéré de Yasunori Mitsuda

Avant de passer à la conclusion de cette longue analyse, il est indispensable d’évoquer ce qui est probablement l’élément le plus fort émotionnellement de la série Xeno, à savoir sa musique. En 1998 quand Yasunori Mitsuda a composé la cultissime bande-son de Xenogears, il a posé les échelons d’une qualité exigée à tout compositeur, venant signer une partition pour la franchise. Si l’ensemble des opus ont fait un sans faute, à l’exception peut être de quelques pistes de Chronicles X, le nom de Y. Mitsuda n’était plus réellement lié à Xeno. Usé après son pharaonique travail sur Xenosaga, l’homme s’était fait discret. Participant çà et là à quelques thèmes de jeux, ou à des projets beaucoup plus niche, il n’était pas idiot de penser qu’il ne reviendrait peut-être jamais sur le devant de la scène. Mais c’était sans compter sur ce Xenoblade 2 ! Accompagné de Kenji Hiramatsu, Manami Kiyota et Ace, le compositeur de Chrono Trigger signe un retour triomphant, puisque l’OST composée de pas moins de 120 pistes, se hisse sans mal sur le podium des meilleures musiques de jeux vidéo de sa génération ! Me concernant hormis peut-être avec Final Fantasy VII Remake, je n’ai pas entendu un travail aussi riche et fouillé ! Yasunori Mitsuda, l’homme qui nous avait transcendés sur Chrono Trigger et Chrono Cross est donc de retour avec ses acolytes pour nous offrir le meilleur. Ainsi, que dire de « Walking with You » qui nous perce en plein cœur dans les moments les plus poignants de l’histoire ? Comment ne pas trembler sur le piano et les violons de « The power of Jin » ? Comment ne pas vaciller sur les sonorités tubulaires de « Tensend Mind » ou ne pas se retrouver galvanisé sur la montée épique d’un Cliffs of Morytha, annonçant un des combats les plus mémorables de l’histoire du J-rpg, lui-même séquence d’ouverture d’une seconde partie absolument titanesque au sens premier du terme, et avec pour conclusion personnelle : Mais bordel ça tourne sur une Switch tout ça ?

Xenoblade 2 art 01

Un artwork pour la bande-son du jeu publié dans Famitsu illustrant Pyra et Mithra

CONCLUSION

En digne héritier des grands RPG de l’âge d’or du genre, Xenoblade 2 ravive la flamme des merveilles du temps jadis. C’est un jeu au casting créatif exceptionnel. Un casting inespéré qui, le temps d’une aventure, nous rappel l’époque révolue de Squaresoft et ses RPG magiques et inimitables. Un temps où le Game-design au service de l’exploration et de la découverte, venait tutoyer des systèmes de jeu ingénieux, saupoudrés de mélodies reconnaissables entre mille. Bien loin des RPG couloirs ou à calendrier scolaire, Xenoblade 2 comme son aîné le fit sur Wii, souffle le vent de la liberté d’exploration, honore le concept même de level design et embarque dans son sillage un récit initiatique épique et grandiose, digne de la prestigieuse série qu’il représente. D’une quête qui démarre d’un petit détail, Monolith Soft nous amène jusqu’au-dessus des nuages, là même où le monde fut créé, et nous pousse à bien des réflexions, sans oublier bien-sûr, de nous faire vibrer à chaque fin de chapitre pour s’assurer que l’on ira au bout de l’aventure. Merci Tetsuya Takahashi, merci Monolith Soft et vivement Xenoblade 3 !

EVALUATION DE LA REDAC

9.5
10
Chef d'œuvre
Son
10
Graphisme
9
Animation
9.5
Gameplay
9
Interet
10
Les plus
  • L'univers et la direction artistique
  • Le scénario et ses multiples personnages
  • Une bande-son titanesque signant le retour de Yasunori Mitsuda
  • Une durée de vie dépassant la cinquantaine d'heure en ligne droit et plus du double si on veut tout faire
  • Une profondeur dans l'exploration et les systèmes de jeu
  • Jin
LES MOINS
  • Vraiment pas beau en mode nomade
  • Le principe de Gatcha pour les Lames rares
  • On aurait aimé contrôler directement les Lames
  • Quelques ralentissements

Partager :

Merode
Amateur de Rpg et de tout ce qui dispose de près ou de loin d'une barre d'expérience et d'un scénario. Fasciné également par la Jap'anim de l'ancien temps, où les celluloïds s'agitaient devant une caméra pour raconter des histoires.

Autres articles