Close

Login

Close

Register

Close

Lost Password

LES PODCASTS DU MOMENT
Capture d’écran (121)

TEST : SOLDATS INCONNUS : MEMOIRES DE LA GRANDE GUERRE

Certaines choses sont immuables, d’autres non mais nous le savons tous : la mémoire est un devoir. Et ce n’est pas Soldats Inconnus, production d’Ubisoft Montpellier datant déjà de 2014, qui contredira ce dogme. Soit. En outre, la forme exige énormément de précautions tant la tâche est robuste.

C’est en ce sens que la fiction saupoudrée de documentaire s’est invitée dans cette œuvre vidéoludique de la Première Guerre Mondiale.

A l’occasion du centenaire de cette horreur ayant touché de multiples populations (même celles non concernées directement) par les enjeux du conflit, le défi était de taille. Ainsi, comment équilibrer amusement et didactisme ? Un terrain glissant nécessitant talent et instinct aiguisé afin de ne pas sombrer dans le cours d’histoire de bas étage ou, à l’opposé, la narration galvaudée.

Soldats Inconnus est un savant mélange dont le résultat resterait cryptique, et ce jusqu’à sa sortie. En effet, aucun indice ne permettait de cerner la tonalité contenue dans la composition. Si le titre (au pluriel, volontairement) laissait entrevoir le caractère du soft, il restait à définir quels seraient les impacts pour le néophyte, le connaisseur, l’ancien, le je-m’en-foutiste, le jeune, le pur gamer ou encore le curieux.

Un saut dans le vide qui pouvait s’envisager comme un crash en bonne et due forme.

Et si nous avons choisi de vous évoquer ces Mémoires de la Grande Guerre en ce jour d’Armistice en lieu et place du subtil 11-11 Memories Retold, en dépit de ses grandes qualités, c’est en raison des multiples sensations procurées tout au long de cette aventure où l’Humanité explose en 1000 morceaux, affectant ces hommes et ces femmes sacrifiés au nom d’une lutte dont les objectifs eurent des conséquences inébranlables pour la suite du XXème Siècle.

En outre, ne nous égarons point : le fil de l’Histoire est en pleine ascension et il n’appartient qu’à nous d’en découvrir ses enfants cachés, bouilles cassées victimes de fait inavouables que même le plus grand des guérisseurs ne pourrait atténuer.

Descendons dans les tranchées des stigmates en compagnie de ces héros dont les noms n’arboreront jamais les encyclopédies…

Soldats Inconnus 16 scaled e1668109409858

Des hommes qui ne demandaient rien…

 Guère épais ? 

Nul besoin de se perdre dans les méandres de la doctrine kantienne afin de comprendre le concept même de la rencontre belliqueuse. La guerre, en s’arrêtant à des principes premiers, est la légalisation du meurtre, de manière plus (et surtout moins) régulée.

Et il faut dire que la Première Guerre Mondiale fait office de laboratoire tellement celle-ci a changé la face des rixes. Or, Soldats Inconnus parvient avec habileté à nous montrer les évolutions et changements inhérents à des inventions toutes plus sanguinolentes les unes que les autres. Une sale période entre l’utilisation des chars, les bombardements massifs, le no man’s land et la mise au point des attaques au gaz.

Tout cela, Soldats Inconnus n’hésite pas à nous le montrer sans toutefois tomber dans le pathos à outrance. Un choix artistique fort promu par les créateurs et autant se l’avouer : celui-ci est clivant. S’il percute toujours autant pour nous, représenter l’horreur en jouant la carte de l’humour et de la caricature est un obstacle à surmonter.

Soldats Inconnus 3jpg scaled e1668109604543

La folie imagée…

Cela n’aura échappé à personne : le crayonné de Paul Tumelaire, sublimé par le moteur graphique UbiArt (bien connu des fans de Rayman ou du joli Child of Light) fait mouche avec une paradoxale bonhommie. Ajoutons à cela une superbe utilisation de l’arrière-plan, du split des images, des bulles ou un choix des couleurs pertinent et le doute n’est plus permis : tout est absolument superbe en dépit d’animations un peu raides.

Chaque niveau est un tableau doté de sa propre atmosphère, du front aux zones moins touchées, des villes assiégées jusqu’au fond des tranchées. Traverser les contrées de Belgique ou de France est un régal malgré les atrocités présentées. A cheval entre la drôlerie et le drame, le rendu BD est du plus bel acabit et annonce une portée universelle. Certes, certains trouveront que cette option engendre un fossé entre ce qui est montré et le propos ; a contrario, nous pensons que cela renforce la narration de Soldats Inconnus sans trop en faire.

Soldats Inconnus 14 scaled e1668109454593

Oui, tout était possible…

Soldats Inconnus : Mes moires de la Grande Terre

Toute cette Direction Artistique contrecarre les diverses photos disponibles qui nous donnent plus de précisions sur les champs de bataille ou sur les moyens tactiques par exemple. Associés à 14-18 Mission Centenaire et Apocalypse : La Première Guerre Mondiale, les développeurs ne font et ne défont pas dans la dentelle : c’est très pointu et certaines anecdotes sont juste ahurissantes. On pense notamment aux prémices de la confection de protection contre le gaz… Soldats Inconnus ne lésine pas sur les moyens et, si un cœur bat dans votre poitrine, vous ne pourrez pas vous empêcher de lâcher de réguliers “Ah, quand même !”. Ces images sont les symboles de la “sale guerre”.

C’est d’ailleurs le scénario en lui-même qui vous imposera une immersion de chaque instant malgré la mise en scène qui se nourrit de légèreté. Et c’est tout ce paradoxe qui, pardonnez-nous l’expression, vous fera exploser à la gueule tout ce vice. Vos héros ne cherchent jamais à tuer ni même à porter un fusil. Au lieu de cela l’un creuse, l’autre cisaille, l’une soigne…bref vos 4 personnages (au lieu des 5 promis, l’aviateur étant quasiment passé à la trappe…mais nous y reviendrons) ont donc leurs phases bien à eux.

Soldats Inconnus 9 scaled e1668109547223

Oui, vous reconnaitrez ce lieu…

Cela engendre fatalement des répétitions, à l’instar des saynètes en voiture ou les soins. Cependant ne crachons pas dans la soupe froide : certains passages sont réellement intenses et vous prendront aux tripes.

Pour le reste, Soldats Inconnus fait dans la “formule qui fonctionne” : des énigmes basées sur la recherche d’objets et le troc afin d’avancer. Vous avez dit “Lucas Arts” ? Vous avez tout saisi bien que la comparaison n’est pas tout à fait juste. Ici, vous serez confronté à des situations basiques sachant que le jeu ne cherche pas à vous coincer longtemps (sauf pour le mode vétéran,et encore), vous octroyant des indices si vous séchez depuis un moment. 

Quelques épisodes faisant appel à votre sens du rythme jonchent l’aventure et cela donne du peps à l’ensemble. Bref, parcourir Soldats Inconnus procure du plaisir même si nous sommes à 1000 lieues de la complexité des maîtres. Cela n’est de toute façon pas l’objectif, le plaisir simple servant la narration.

Soldats Inconnus 7 scaled e1668109578445

Se souvenir, c’est important.

Verdin fini et l’ode de là

On vous parlait des pérégrinations de chacun, toutes reliées et unies par Walt, le fidèle chien infirmier qui est une pierre angulaire de certaines devinettes. Comme nous le disions : tout se prend facilement en main et chaque action sera définie par un bouton clairement indiqué. Pas de notion de skill donc, juste un préchauffage des neurones. Les rares QTE sont aussi très permissifs afin de ne pas hacher le rythme. D’aucuns trouveront que cela représente du non-jeu mais à partir du moment où la proposition de Soldats Inconnus est admise par celui qui s’en approche, le deal est alors accepté tel quel.

De plus, comment ne pas s’extasier en traversant cette galaxie bourrée d’hémoglobine et burlesque à la fois devant ce sound-design à la limite de la perfection ? Les dialogues, en dehors des cinématiques, se font via des onomatopées exagérant les accents, ce qui se ressent fatalement pour les Allemands et les Français. Tout en restant brillant !

Soldats Inconnus 11 scaled e1668109492953

L’utilisation intelligente des plans !

Tous les peuples sont d’ailleurs entachés du cliché, pour notre plus grand bonheur et dans le respect le plus strict, et on remarque pas mal de personnages bedonnants, comme pour expliquer que “monsieur-tout-le-monde” était envoyé au front. Et c’est en cela que Soldats Inconnus bombarde fort. Très fort.

Pour en revenir aux sonorités, chaque bruitage est millimétré et les sons d’ambiance sont toujours interrompus brutalement, avec un contraste exquis, par le bruit d’un tir, d’un obus, d’une charge. Aucun parti-pris n’est à l’ordre du jour : Soldats Inconnus n’est pas là pour faire dans le patriotisme de bas étage. Il nous met face à ce que nous redoutons tous : dans le conflit, nous sommes finalement égaux à défaut d’équité. Et si la volonté claire était de transmettre cette philosophie alors oui, Soldats Inconnus a remporté sa bataille. Pour une totale réussite ? Dans un tel tiraillement, personne n’est tout noir ou tout blanc.

Soldats Inconnus 5 scaled e1668109593914

D’accord, c’est un peu redondant. Mais si intense !

Soldats Inconnus : mémoires de nos pairs

Certes, Soldats Inconnus propose une “campagne” dont la durée de vie est très honnête par rapport au genre. Pour les plus aguerris, vous pourrez vous mettre en quête d’objets disséminés et plus ou moins bien camouflés çà et là mais ce sera tout. Aucun autre challenge n’est à relever et il va sans dire qu’une fois le voyage parcouru, ce ne sera plus votre guerre ; comprendre par-là que vous n’y reviendrez pas. Et tout ceci est fort dommage car en dépit de toutes ses bonnes intentions et de toute sa gaillardise, Soldats Inconnus paraît dans son dernier quart terminé à la va-vite, bien loin de ses résolutions initiales.
L’exposé connaît une sévère accélération et les détails historiques se font de plus en plus rares, à notre grand dam. De plus, le 5ème personnage promis durant l’annonce se fait attendre, ne bénéficiant que d’une pauvre apparition qui semble hors de propos, preuve que si ce dernier était bel et bien prévu, il fut charcuté probablement par manque de temps et/ou de moyens.

Soldats Inconnus 10 scaled e1668109531544

Guérir nos blessures…

Un constat qui ne ternit pas le tableau mais qui laisse un petit goût amer, l’esprit farfelu de son background étant très intriguant. Nous ne saurions que trop vous inviter à constater par vous-même ! Nous regrettons également l’absence du front Est et cette fin ouverte qui laisse présager d’une continuité des événements. En vain…

En outre, cela n’est pas une catastrophe en soi mais plutôt un regret. Car un fait est indéniable : Soldats Inconnus, même s’il dispose d’une équipe réduite, a su mettre les petits éclats dans les grands. La narration du regretté Marc Cassot est tout bonnement extraordinaire et le timbre si particulier de l’artiste fait des merveilles. La musique est succulente, entre thèmes forts et tons plus enjoués, dont des partitions très connues. Égrillard, Soldats Inconnus ne se confond pas non plus dans la rhétorique à outrance, prouvant que l’excès de paroles n’est pas une condition sine qua non de l’expression. Un témoignage aussi puissant que Au revoir là-haut, A l’Ouest, rien de nouveau ou Un long dimanche de fiançailles. Entre autres…

Nous devrions peut-être en prendre de la graine mais en attendant, nous nous posons la même question : comment tout cela a-t-il pu se (re)produire ?

Soldats Inconnus 12 scaled e1668109469978

Le concept résumé en une image !

CONCLUSION
Curieuse bravade que représente ce Soldats Inconnus. Bien sûr, sa volonté hautement narrative laissera de marbre ceux qui estiment que, de toute façon, le gameplay doit faire foi en tout lieu. S’il faut reconnaître que la maniabilité n’est pas du tout envahissante, c’est pour mieux laisser la chance au propos. Or, Ubisoft Montpellier n’hésite pas à user de sa pioche pour creuser vers d’autres productions afin de trouver sa propre jouabilité. Et au demeurant, c’est d’une justesse appréciable même s’il faut constater que le clonage tente de conquérir les fières provinces du jeu vidéo. En tout état de cause, Soldats Inconnus est un fer de lance du trip passager de Ubisoft cherchant à se délester de grosses productions afin de faire confiance à des bataillons plus restreints mais orgueilleux. Bien lui en a pris car, in fine, le jeu parvient à vous saisir sans vous prendre par le poignet. Nous apprenons tout en esquissant des rictus, avant d’être tous rappelés par la dureté d’un assaut qui générera des coulées d’encre sur du papier afin de signifier la perte d’un être cher. Loin de tendre vers la culpabilisation fictive ou l’hyperbole, Soldats Inconnus nous met face à l’Histoire, celle dont nous devrions encore tirer des leçons. La colline est encore si loin…
EVALUATION DE LA REDAC
Son
9.8
Graphisme
9.5
Animation
6.5
Jouabilité
7
Intérêt
8
Les plus
  • L'hommage puissant
  • La DA habile et pertinente
  • Le regretté narrateur
  • Le rythme
  • Le sound-design et l'OST
  • L'apprentissage bien distillé
  • Les mécanismes efficaces
LES MOINS
  • Tronqué, et ça se sent sur la fin
  • Pas de vraie replay-value
  • Nous en voulions tellement plus !
  • Gameplay "narratif"
  • Et le front Est ?
8.2
10
Incontournable

Partagez cet article

No Bloody Knows
Fans du Beat'em Up, de SEGA ou encore de Nostalgeek, une chose vous réunit : vous êtes la Pop Culture [Responsable Relations Publics et Presse]

Autres articles

0
0

    Laisser un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *

    Thanks for submitting your comment!