Moto GP 21

BerthelJuice
MEGATEST
SWITCH

Le Moto GP, son ambiance inimitable, ses pilotes charismatiques et son spectacle épique, tout un programme!! Milestone vous propose de retrouver toute l’essence de l’élite de la moto sur votre console préférée. Pour ma part, par goût du risque et envie de me prendre pour Fabio Quartararo ou Johann Zarco partout, j’ai opté pour la version Switch, qui n’est pas une machine de course comme chacun sait. alors Champagne ou bac à graviers, c’est ce que nous allons voir.

Warm-up

Signe des temps, la version Switch se présente sous la forme d’un code in a box, c’est-à-dire que vous ne retrouverez pas la petite cartouche habituelle mais un code à rentrer sur l’Eshop. Prévoyez une grosse connexion et faites de la place car le jeu prend 9,8 Gigots sur le (faible) espace dédié au stockage. Plein d’impatience et d’envie de limer le bitume, je lance donc le jeu après l’avoir téléchargé et là, surprise, l’écran de chargement commence à ramer!! Mauvais présage?

Graviers

Hélas, l’impression d’un jeu mal adapté à son support ne tarde pas à se confirmer. Passons sur l’impossibilité, somme toute anecdotique, de pouvoir customiser le visage de son pilote afin d’en faire un avatar le plus ressemblant possible et lançons directement le didacticiel. Notons en passant que ce dernier n’était pas disponible lorsque j’ai téléchargé le jeu et a été ajouté lors d’une mise à jour qui a quelque peu retardé le bouclage de ce test;

Ce mode est habituellement anecdotique, ici, il est juste vital tant le coté simulation a été (trop) poussé. Même avec toutes les aides au pilotage activées, la vision de la piste que vous verrez le plus souvent, durant les premières heures tout du moins, risque fort de ressembler à ça:

On se casse la gueule violemment

Beaucoup diront que c’est l’apprentissage mais en plus de 20 ans de pratique assidue des jeux de course de toute sorte, je n’ai jamais autant ramé avec la prise en mains. Les Joy-Con ne sont certes pas les meilleures manettes du monde mais il doit tout de même être possible de faire un gameplay précis, intuitif et fun avec une manette moyenne sans sacrifier le réalisme.  Après de longues heures d’entrainement, on réussit enfin à faire un tour sans tomber mais je ne me souviens pas d’avoir déjà rencontré de pareilles galères pour aligner les tours à un rythme décent.

Deux explications à ce phénomène. la première tient sans doute à la puissance limitée de la Switch qui entraine des baisses de framerate aussi énormes que fréquentes mais la réalisation en elle-même n’est pas exempte de reproches. la moto ne semble pas limer le bitume mais flotter au-dessus, ce qui fait qu’il est extrêmement difficile de “sentir” la piste et donc de prendre correctement sa trajectoire et de doser son freinage. Il n’est pas davantage possible d’évaluer l’adhérence à l’oreille à la manière d’un Tourist Trophy, ce qui aurait pourtant bien aidé. En parlant du son, on  regrettera également l’absence des commentaires ou de réactions du public qui empêche de retrouver l’ambiance si particulière propre aux Grands Prix moto. Un autre point incompréhensible en parlant de réalisme réside dans certaines incohérences dans le casting comme la présence de Marc Marquèz à Losail alors que c’est le réserviste Stefan Bradl qui a fait la course ou le fait que la même course se disputant normalement de nuit, et annoncée comme telle par la voix off se déroule en plein jour. De telles coquilles sont assez incompréhensibles à l’heure où les jeux sont régulièrement mis à jour…

En parlant de ce dernier, voici le deuxième point noir de ce jeu. On a sans cesse l’impression de ne pas avoir de freins même en freinant avant le repère de l’indicateur de freinage (aide au pilotage sans laquelle je n’ai pas réussi un seul freinage correct durant ce test), ce qui fait qu’on manque deux fois sur trois le point de corde et qu’on prend régulièrement des valises au niveau du chrono.

 

Restart

A ce stade, vous pensez sans doute que cette version ne vaut pas le déplacement. Pourtant, ce jeu a de réelles qualités que les défauts évoqués ci-dessus ne réussissent fort heureusement pas à occulter, à commencer par le contenu réunissant toutes les écuries et pilotes actuels de Moto3, Moto2 et MotoGP mais ne guise de bonus, il est possible de jouer en mode course rapide avec des 500 des années 90 ainsi qu’avec des MotoGP du début des années 2000. Les fans du légendaire Valentino Rossi auront donc le plaisir de pouvoir piloter toutes les motos avec lesquelles il a été titré. A ce propos, privilégiez la RC211V lors de vos premières parties car c’est de loin la moto la plus facile à piloter du jeu.

Une maniabilité compliqué sur la console de Nintendo

Malgré la difficulté de prise en mains, on réussit tout de même à progresser et à s’approcher du podium et on en ressent un e intense satisfaction au vu de la difficulté de la chose. Les défauts évoqués réussissent paradoxalement à mettre en valeur le talent des funambules du Moto GP tant on se rend compte du fossé existant entre eux et le commun des mortels  Pour une raison que je ne m’explique pas, ils ne nuisent même pas trop au plaisir de jeu car on y revient régulièrement dans l’espoir, pour l’instant vain en ce qui me concerne, de monter sur la boite en fin de GP!

La difficulté, habituelle dans ce genre de jeu, des réglages de la machine est intelligemment contournée par des dialogues avec l’ingénieur de piste qui permet d’ajuster la moto selon les défauts de comportement qu’on lui trouve.

Conclusion

Cette version Switch de Moto GP me pose un réel problème à l’heure de la notation tant elle souffle le chaud et le froid en alternant le bon et le médiocre. Je me baserai donc sur mon ressenti totalement subjectif pour fonder mon avis et la conseillerai surtout aux acharnés du chrono ne possédant pas d’autre machine. Pour les autres, privilégiez les versions tournant sur les nouvelles consoles et, surtout, essayez-le avant de l’acheter.  Une chose est certaine, il ne plaira pas à tout le monde mais certains vont l’adorer et à titre personnel je retourne de ce pas tenter de viser le podium !!!!

Les plus

  • Le contenu
  • Jeu accrocheur
  • On ressent vraiment la difficulté du pilotage

Les moins

  • La réalisation (sur Switch) avec de grosses baisses de framerate et la désagréable impression que la moto « flotte » sur la piste
  • Jeu difficile à prendre en main
  • IA impitoyable et au comportement parfois imprévisible
5.3

Juste

Son - 4.5
Graphisme - 5
Gameplay - 6
Animation - 4
intérêt - 7
Note moyenne utilisateur
0
0 Votes
Note
Soumettre
Votre Note
0
fr_FRFR_FR