ASTERIX ET OBELIX : BAFFEZ LES TOUS !

MEGATEST
PS4 STEAM SWITCH XBOX ONE

Afin d’amener leur série d’aventure dans le genre beat’emup, Microids a fait appel à une nouvelle équipe de développement ! L’heureux élu ? M. Nutz Studio, qui a pris le relai en prêtant assistance afin de créer Astérix et Obélix : Baffez les tous ! sur Steam , PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch. En tant que franchise actuellement connue pour être une série de jeux d’aventure en 3D, changer de direction est en quelque sorte une décision audacieuse. Mais ce parti-pris s’est-il avéré bon ou mauvais ? De plus, le spectre de l’essai sur borne d’arcade de 1992, lui aussi catégorisé « BTU », n’est-il pas trop présent ?

Un village d’irréductible Gaulois

Pour la petite histoire, nous naviguons en mer connue : en l’an 50 avant JC, les Romains ont conquis la majeure partie de la Gaule, à l’exception d’un petit village de guerriers indomptables qui résiste encore et toujours à envahisseur. À la tête de la lutte contre Rome se trouve le duo de combattants déterminés, Astérix et Obélix. Cependant, ce village n’est pas le seul à vouloir maintenir leur patrie contre les Romains et ils se retrouvent donc à faire diverses missions juste pour éviter que tout ne s’effondre ! Soyons clairs : le scénario, à travers ses 6 chapitres, se contente de suivre la trame de plusieurs albums, en simplifiant au maximum chaque scénario. Et nous touchons l’un des gros souci de la narration. En effet, si le travail « fait à la main » de Philippe Dessoly est remarquable, donnant vie à tout un univers, il est regrettable que les cinématiques ne soient pas doublées. C’est d’autant plus dommage que les voix in-game sont vraiment réussies, rendant hommage aux doubleurs d’origine, quoique les interventions ont la fâcheuse tendance à être redondantes.

 

Quant aux musiques, sans être exceptionnelles, celles-ci se montrent suffisamment efficaces pour ne pas les zapper. Les bruitages assurent une ambiance réellement fun, en adéquation parfaite avec le sujet. D’ailleurs le mixage auditif et visuel, notamment lorsque les torgnoles pleuvent, est efficace à souhait. On en redemande ! Lorsque vous démarrez le jeu, vous choisissez parmi trois fichiers de sauvegarde vides qui sont également l’endroit où vous sélectionnez la difficulté du jeu. Une fois celle-ci définie, vous choisissez simplement si vous voulez jouer en tant qu’Astérix ou Obélix. Si vous collaborez à deux joueurs, chacun obtient un personnage mais si vous jouez en solo, vous pourrez basculer entre les deux à tout moment. Il est d’ailleurs étonnant de constater qu’en fonction du nombre de joueurs, le soft est totalement différent. L’expérience est totalement opposée et on ne saurait que trop vous conseiller d’y aller en duo, le jeu étant prévu en ce sens. Concernant l’opposition, elle est relative. Ainsi, ce n’est pas le comportement des ennemis qui posera réellement problème. De fait, c’est plutôt le nombre d’adversaires qui vous fera un peu suer. D’ailleurs, il faut reconnaître que le nombre de sprites à l’écran est impressionnant sans que cela ne fasse vaciller le framerate.

 

Partoutatis des romains !

 

Astérix ou Obelix ?

Au niveau de la jouabilité, les deux combattants ont un combo principal que vous utiliserez lors du combat et qui écrase l’attaque légère jusqu’à ce qu’ils portent le coup qui fait reculer les ennemis. Appuyer sur l’attaque puissante leur fera infliger un coup… puissant, mais cela coûtera l’une de vos cinq charges de foudre. Bien sûr, ces charges sont assez simples à récupérer car vous les obtenez en faisant juste un tas de dégâts. Il existe quelques variantes avec vos attaques, comme sauter et utiliser une attaque légère ou forte. Tout cela est bien vite assimilé et la simplicité du système rend Baffez les tous ! Abordable pour toute la famille, sauf évidemment si vous optez pour une difficulté supérieure, complexe pour des petits bouts.

En plus de cela, vous pouvez frapper plusieurs ennemis en même temps, tout comme vous pouvez le faire dans la plupart des beat’em up. Les réunir tous rend le combat plus facile. Notez toutefois que les ennemis, tout comme les boss, ont tendance à revenir en boucle tout au long du récit. Cela rend le tout répétitif, fait renforcé par des décors réutilisés à outrance. Néanmoins, au fur et à mesure que vous progressez dans le jeu, les opposants deviennent de plus en plus difficiles à combattre en ajoutant plus d’agressivité et plus d’attaques à leur style de combat.

 

Astérix ! Des sangliers c’est bon le sanglier..

Il est pas frais ton gameplay !

Il y a cependant également des barils tout au long du voyage dans ce jeu. Ceux-ci cachent soit de la nourriture, soit des pièces de monnaie. Les mets restaureront la santé d’un personnage, ce qui est utile car si l’un d’eux perd toute sa barre de PV, la mission échoue et redémarre. Cela vaut à la fois pour le jeu en solo et en coopération, alors soyez attentif aux barres de santé car vous n’avez ni redémarrage ni vie – mais sur ce même front, vous ne connaîtrez pas de game over. Si vous trouvez des pièces, récupérez-les rapidement car elles disparaîtront. Les ennemis laissent également tomber des points pendant que vous les combattez.

Cela sert au scoring et encourage la compétition entre les 2 joueurs qui se tirent la bourre pour être le meilleur ! Cela aide aussi à la replay-value afin de créer de nouveaux records, si le cœur vous en dit. Des mini-jeux assez réguliers sont là pour enrichir l’expérience mais autant être honnête : cela détend sur le moment sans être mémorable. Pas de réelle originalité, l’idée étant souvent d’effectuer du matraquage de bouton ou de défier des timers. Sans se montrer indigestes, ils sont aisément dispensables même si cela permet de souffler entre 2 phases de baston.

Faire réapparaître les ennemis encore et encore est un bon moyen de montrer que nous ne tuons personne dans le jeu, mais cela provoque un sentiment de répétition. Combattre les mêmes boss dans chaque acte n’est tout simplement pas une bonne sensation et rend la progression plutôt monotone. On comprend qu’on combat constamment des camps romains, des navires pirates, etc., mais ne pouvions-nous pas trouver divers capitaines pirates ou généraux romains ? Vu le nombre de BD, il aurait été intéressant d’exploiter le maximum de méchants pour montrer plus de diversité.

 

Pour revenir sur l’esthétique, sachez que l’œuvre d’Uderzo et de Goscinny est parfaitement respectée visuellement. L’impression de voir les cases se mouvoir impressionne et il va sans dire que sur ce point, nous sommes en face de la meilleure adaptation des aventures d’Astérix et Obélix. Voir Idéfix foncer dans les arènes est ce petit détail qui « fait tout » et on prend plaisir à voir les Romains s’envoler suite à un énorme coup de poing bien senti. Les arrière-plans sont juste superbes. On regrette toutefois un manque de vie au sens où on aurait aimé voir des PNJ en action, comme cela est le cas sur certains niveaux de Streets of Rage 4 par exemple.

Astérix & Obélix : Baffez les tous ! est un titre merveilleux pour initier les nouveaux joueurs au genre beat’em up ! Bien qu’il ne soit pas super complexe, il est très amical sur le type de violence qu’il dépeint. En plus d’une touche plus douce dans le domaine principal du jeu, l’esprit de la BD es respecté en dépit d’une histoire qui se contente de reprendre les grandes lignes des albums. Donner aux joueurs de l’espace a explorer, divers types d’ennemis à combattre et même une variété de styles d’attaques pour être en adéquation avec la partie adverse. On sent que les développeurs ont beaucoup de respect pour les œuvres de Uderzo et Goscinny

Les plus

  • Des animations réussies et dans l'esprit Asterix
  • Magnifique direction artistique découlant sur de beaux visuels respectueux de la BD
  • Jeu facile à prendre en main
  • Bonne durée de vie

Les moins

  • Mini jeux moyens
  • Manque de renouvellement dans les personnages
  • Assez répétitif au bout d'un moment
7.8

Bien

Son - 7
Graphisme - 9.5
Animation - 9
Gameplay - 7
Interet - 6.5
[CEO, Responsable Relations Publics et Presse]
Note moyenne utilisateur
9.9
1 vote
Note
Soumettre
Votre Note
0