R-TYPE COMPLETE CD

Mérode
MEGATEST
PC ENGINE CD

Avant de commencer, il est intéressant de prendre quelques minutes pour comprendre ce qu’est R-Type Complete CD. Cette version est tout simplement le portage PC Engine CD-ROM du classique d’Irem. Après une sortie Hu-card plus que discutable car vendue en 2 parties, Hudson soft a voulu frapper fort en ressortant le jeu sur support CD en décembre 1991 et cette fois en entier. Ces derniers ayant géré le portage de l’arcade vers la console en interne, le titre est quasiment arcade perfect. Mais l’éditeur ne va pas en rester là. Pour l’occasion, il décide de mettre les petits plats dans les grands et de créer des séquences animées venant s’intercaler entre les stages afin de scénariser le jeu. Elles sont bien sûr accompagnées de vraies voix comme à l’accoutumé sur PC-engine et le héros est doublé, excusez du peu, par Akira Kamiya, le Seiyu (acteur spécialisé dans le doublage au Japon) de Ryo Saeba dans City Hunter. Maintenant que le cadre est posé, plongeons nous dans le vif du sujet à savoir le jeu en lui même.

Le héros et son légendaire vaisseau

R-Type, l’ère du changement pour les Shoot em up

R-Type, célèbre shoot-em-up de Irem est, il faut bien l’avouer avant-gardiste pour son époque et s’impose dès sa sortie Arcade en 1987 comme une référence. Solide par sa technique pour un jeu de la fin des années 80, le titre est porté par de gros sprites colorés défilant sur un fond noir symbolisant le vide spatiale. Il est élégant et dispose d’une ambiance forte quelque part entre Macross et Alien. Dès la fin du première niveau, une fois face au premier boss au crane aussi phallique que la célèbre créature de Hans Ruedi Giger le ton est donné. Et si la lutte contre l’Alien est âpre et jonchée de cadavre pour Ripley dans la quadrilogie initiée par Ridley Scott, le parcours du joueur dans R-type n’est pas en reste non plus et les game over seront nombreux. Véritable test pour la patience, le jeu est d’une extrême difficulté et c’est peut-être là son plus grand “défaut”. Bien des joueurs et des joueuses voulant s’y mesurer dans les règles lâcheront le pad avant les crédits. Force ou faiblesse ? A vous de voir mais une chose est cependant certaine, cette exigence que demande Irem aux joueurs fait partie de l’aura du titre.

Le boss 1. Mythique

Un incontournable

Le contexte scénaristique somme tout simple vous embarques dans une lutte contre l’empire Bydo à bord du R-9A Arrowhead, un vaisseau rappelant la Valkyrie de l’animé culte de Shôji Kawamori. Il dispose de la capacité de pouvoir accrocher un module de control à l’avant ou à l’arrière offrant ainsi des possibilités de défenses et d’attaque. Ce dernier peut aussi être envoyé en avant en guise d’éclaireur et permet d’asséner des dégâts à distance. Ce principe est la véritable clef de voûte du jeu en plus d’amener un tir changeable pour plus de dégât (la jauge Beam). Tout ces éléments qu’apportent Irem à son jeu et à la scène Shmup sont encore aujourd’hui des mécaniques incontournables de Gameplay dans ce genre de production. A noter que ce module peut visuellement dérouter tant il est imposant comparé au vaisseau bleu qui fait office de hitbox dans l’intégralité de son sprite. Cette notion au départ frustrante demandera un temps d’adaptation et quelques morts contre les murs pour assimiler les distances.

4 visuels du jeu

La difficulté, notion indissociable de R-type

Innovant certes, R-type dispose également d’un level design bien travaillé, intégralement en scrolling horizontal et qui pousse son joueur à la plus grande minutie tant il est précis et conçu dans bien des moments pour que vous passiez dans un mouchoir de poche. Le vaisseau est assez gros et comme dis plus haut, il représente la totalité de la Hit-box, le moindre faux pas est donc fatal. A vous donc d’apprendre comment gérer le module, s’avancer ou se reculer au bon moment, conserver la meilleure arme pour s’adapter à chaque situations… Beaucoup d’entrainement et pas mal de doigté seront de mise pour venir à bout des 8 stages et de leur boss respectifs. Si les 4 premiers stages sont plus ou moins abordables et permettent une prise en main du jeu, le 5e est un véritable gap en terme de difficulté. Son abominable boss se résumant à un agglutinement de boules organiques a de quoi faire cauchemarder.

4 des 8 boss du jeu

Une bande son revisitée

Une OST remixée qualité CD aux sonorités légèrement indus electro est également ajoutée. Ce choix pouvant étonner les joueurs l’ayant découvert en Arcade, n’est pas honteux pour autant. (Vous trouverez un extrait dans la section vidéo avec la piste du premier niveau.) Cette nouvelle version de la bande son est clairement amenée par Hudson soft pour justifier son support CD. Dommage que le choix ne soit pas possible, mais compte tenu de l’époque c’est explicable et excusable.

Un écran que vous verrez souvent

 

En définitive

Pour conclure, on a ici affaire à ce qui s’apparente être l’une des meilleures version si ce n’est la plus prestigieuse du jeu sur console. Quand au jeu, R-type est impartial, cruel et ne vous épargnera rien. Seul dans l’espace avec pour meilleur ami un module et quelques vies glanées ici et là, personne ne vous entendra pleurer et les 8 boss totémiques du jeu vous attendent à chaque fin de tableau. Vous êtes prévenu, alors à vous de voir !

Les plus

  • A bousculé le genre Shoot em Up
  • Le gameplay dur mais exigeant
  • Le module
  • La touche PC-engine CD avec les séquences animées

Les moins

  • Parfois trop dur
  • La hit box qui ne pardonne rien
8.8

Génial

Son - 8
Graphisme - 9
Animation - 8.5
Maniabilité - 9
Interet - 9.5
Mérode
[Rédacteur des MegaTests et de l'actualité Jeux Vidéo et Manga]
Note moyenne utilisateur
0
0 Votes
Note
Soumettre
Votre Note
0

Lost Password

Sign Up

fr_FRFR_FR
fr_FRFR_FR

Pin It on Pinterest

Shares
Share This