TWINKLE TALE

Merode
MEGATEST
MEGADRIVE

Au commencement des temps, naquirent trois lumières, une rouge, une bleue et une verte, mais l’aube du monde vit également naître dans cette lumière la notion de chaos. Ainsi ces lumières s’entrechoquèrent jusqu’à en créer une quatrième. La densité de ces énergies finit par s’apaiser jusqu’à passer à l’état de pierre. Ainsi se créèrent un rubis, une émeraude et un saphir des trois lueurs originelles, tandis que la dernière devint à la fois un diamant resplendissant et un onyx d’une extrême noirceur. C’est de cette alchimie qu’émergea le royaume d’Alpherion. Royaume resplendissant et flottant au-dessus des nuages. Chaque région fonctionnait harmonieusement autour de sa pierre sacrée, jusqu’au jour où cette paix fut troublée…

La réalisation est charmante

 

C’est sur cette majestueuse île flottant au-dessus des nuages et représentée à l’aide d’un superbe travail de pixel art, que s’affiche l’écran titre de Twinkle Tale . Le jeu met en scène la jeune Saria, apprentie magicienne toute de violet vêtue, portant un chapeau encore un peu trop grand pour elle. La jeune fille est mandée par son maître Olof le mage rouge, de le rejoindre avec hâte. Son percepteur disparu, au même titre que les autres mages élémentaires, s’ensuit un entretien avec une prophétesse lui délivrant 3 pouvoirs magiques. C’est alors que la jeune Saria devient l’unique rempart d’un monde sous l’emprise de démons libérés par le terrible sorcier noir Gadou, déjà à la tête d’un mouvement en marche pour renverser l’ordre établi.

On ressent vraiment bien la hauteur dans certains passages

 

 

Maniabilité et choix pertinents

Saria la petite sorcière est le seul personnage jouable de ce Shoot em up. Elle dispose donc de ces trois pouvoirs qui lui ont été délivré. Ces magies lui permettent d’incanter de multiples projectiles en frontal, en éventail, ou alors à tête chercheuse. Chaque pouvoir est interchangeable en appuyant sur le bouton C. Chaque forme de magie s’augmente en récupérant des étoiles. Néanmoins, si vous vous faites toucher, vous perdez une barre de vie, mais aussi un level dans la forme de magie sous laquelle vous vous trouvez. Alors que vous faites feu avec le bouton B, le bouton A lui déclenche une magie spéciale et dévastatrice. Cette magie a deux formes, soit une boule d’énergie foudroyante, soit une tempête de feu prenant la forme de dragons.

Fort d’un game design très bien étudié, le jeu vous demande régulièrement d’adapter votre type de sortilège à chaque situation ou opposant. Le périple se déroulant en grande partie à pied, au sol est en vue de dessus, à la manière d’un Kiki Kai Kai. Le choix de donner la possibilité de se déplacer à 360 degrés, offre une superbe liberté d’action lors de la traversée des environnements à conquérir.

Des boss impressionnants et des phases de jeux qui se renouvellent

 

 

Très maniable, le jeu autorise beaucoup de réactivité grâce à un panel de mouvement variés, renforcés par ce choix de sorts à étudier en fonction des situations. Ceci offre des possibilités d’adaptations très intéressantes, d’autant que les patterns diversifiés des monstres et des Boss amènent encore un peu plus de profondeur. Le type d’approche au cours de l’aventure est réellement laissé au joueur, qui peut privilégier un combat plus long, mais avec beaucoup de mobilité grâce aux missiles téléguidés qui sont moins puissants, ou opter pour un combat plus statique en utilisant les missiles frontaux frappant plus fort. Vider les salles grouillantes d’hostilité ou supprimer les boss multicibles grâce aux missiles rayonnant en éventail, peut également sauver une situation sensible. En prime le level design des stages propose quelques embranchements, souvent jalousement gardés mais cachant des coffres avec des bonus.

Pour une meilleure ergonomie des combats pendant les Boss, l’équipe de développement a choisi de bloquer l’orientation de Saria et de ses magies vers le haut, induisant ainsi des affrontements plus précis, se focalisant sur les mouvements et les cycles de coups de votre adversaire. Ces adversaires souvent énormes et impressionnants, s’animent et envahissent votre écran dans des combats haletants, durant lesquelles il vous faudra percer leurs défenses.

Le soucis du détail des arrières plans dans certains passages (image de gauche)

Le monde de Twinkle Tale

Armures fantômes, chimère, arbre maléfique, hydre à trois têtes, grand cornu… Toutes ces âmes damnées à la solde d’un roi du mal, sont désireuses de maudire le monde et de mettre en charpie notre jeune héroïne. Durant ce périple, le jeu dévoile des décors fins, pour certains épurés et pour d’autres plus sophistiqués, jouant sur la profondeur et l’altitude. La colorimétrie du soft est assez réaliste et donne à l’ensemble une touche adulte. Certaines salles que vous arpentez regorgent de ténèbres et de souffrance. La seconde partie du jeu cache quelques passages aussi sinistres de propos, qu’élégants de réalisation, comme ces immenses gargouilles éclairées à la bougie, ces cadavres plus que décharnés décorant les murs des salles où vous attendent en nombre de spectrals ennemis. De ces ambiances aux portes de la Dark Fantasy se crée un réel contraste avec Saria, la petite sorcière aux traits plutôt enfantins dévoilés sur la boîte du jeu. Ce choix d’opposition contribue beaucoup à marquer encore plus la bizarrerie au bon sens du terme, de cette petite merveille qu’est Twinkle Tale.

 

 

Twinkle Tale est donc un jeu de contrastes tout bonnement étonnant. Ce trésor de Shoot’em up à la musique électro énervée, au gameplay précis et magnifiquement rodé, met en scène une adorable petite sorcière aux souliers trop grands pour elle qui se doit de relever une tâche immense. De cette création de l’éphémère studio ZAP Corporation, ressurgit un univers étrange, inquiétant et finalement pas si scintillant que ça, contrairement au nom qu’il arbore. Perdue dans de sombres dédales où sommeillent des entités toutes droit issues des fantasmes d’Anton LaVey, la jeune Saria pleine de courage et armée de ses trois précieuses magies, devra se frayer un chemin jusque dans les cieux, afin de libérer le royaume d’Alpherion d’un mal qui le surplombe et le ronge.

 

Les plus

  • Une ambiance très particulière et un véritable charme visuel
  • Un gameplay qui laisse une marge de manœuvre et n'impose pas le par cœur
  • De nombreux Boss dont certains très impressionnants

Les moins

  • Le jeu coute une fortune et n'a jamais été réédité
9.1

Incontournable

Son - 8.5
Graphisme - 9
Animation - 8
Gameplay - 10
Interet - 10
Merode
Amateur de Rpg et de tout ce qui dispose de près ou de loin d'une barre d'expérience et d'un scénario. Fasciné également par la Jap'anim de l'ancien temps, où les celluloïds s'agitaient devant une caméra pour raconter des histoires.
Note moyenne utilisateur
0
0 Votes
Note
Soumettre
Votre Note
0
fr_FRFR_FR