YAKUZA ISHIN

MEGATEST
PS3 PS4

Nous avons parlé tant de fois du légendaire “Kazuma Kiryu” Le dragon de Dojima aux multiples titres et faits d’armes incontestés, cependant d’où viennent ses racines et qu’elles sont ses origines et plus important l’origine des “Yakuza” . L’opus Ishin sortie seulement au Japon en 2014 répond parfaitement à nos questions, il est temps pour moi de vous emmener dans une époque lointaine et loin de la ville trépidante de Kamurocho. Il est important de noter que “Kenzan” sortie en mars 2008 est un spin-off qui n’est pas lié à Ishin car celui-ci se passe 200 ans avant les événements de cet opus, les enjeux et les personnages sont tout à fait différents et n’ont aucun lien familial ni de clan.

Epoque Bakumatsu 1868.

Notre héros Sakamoto Ryoma se cache après avoir été accusé de la mort de son mentor Yoshida Toyo. Il quitte sa maison et son frère et s’enfuit à Kyôto, où il rejoint le Shinsengumi avec la fausse identité Saito Hajime, afin de traquer et tuer l’utilisateur Tennen Rishin-ryū qui a assassiné Toyo et provoqué le coup d’État de Tosa. Il doit faire face également à de nouvelles tensions entre le “Shinsengumi” faction servant de police chargée de faire régner l’ordre dans un Kyôto agité et les différents partis politiques qui tentent de prendre le pouvoir face à l’empereur affaibli et humilié par les Américains. Malheureusement celui-ci se voit accuser une seconde fois a tort du meurtre d’un notable, sa seule piste et son seul choix désormais sont de retrouver le véritable assassin qui utilise une technique de sabre rappelant les méthodes du “Shinsengumi”. L’ancêtre de Kiryu n’écoutant que son courage et la voix du sabre parvient à se faire engager par cette faction pour aider à résoudre le mystère.

Un nouveau départ, une nouvelle légende.

 

La voix du sabre mais pas que

Si vous connaissez un peu le contexte de cette époque, les samouraïs ayant été désavoués par le nouveau régime, seules les autorités ont le droit de porter un sabre ou une arme dans les rues de Kyôto et du Japon en général. Sakamoto ayant été engagé par la police dispose d’une palette de coups variables et différents styles de combat “Katana et Revolver” ou si vous avez du courage, il est possible de se battre a mains nues. Il peut également utiliser en bonus des lances et même un canon qu’il peut ranger dans son futal comme par magie. Chaque style a son lot de finish moves et attaques spéciales à débloquer au fur et à mesure. Les sphèriers de compétences sont toujours présents, un incontournable de la série. Le but étant de faire évoluer Ryoma au maximum pour effectuer des attaques, des contres ainsi que d’augmenter votre barre de vie. On peut aussi s’aider de l’environnement et il est fortement conseillé de regarder autour de vous pour récupérer des objets bonus qui vous serviront plus tard dans la quête principale et annexe, le gameplay restant classique on est sur du beat them all habituel et qui colle bien a la série. Les combats de boss sont toujours extraordinaires avec des cinématiques et QTE qui nous en mettent plein la vue, le sensationnel fait partie de la recette magique de la licence avec des duels qui nous donnent envie d’en voir plus.

Des QTE a couper le souffle

On ne joue pas, on est Sakamoto !

Ce qui a toujours été étonnant dans la licence, c’est que nous vivons toutes les scènes à 100% ! On rit, on souffre avec les protagonistes et Ishin ne fait pas exception. Les rebondissements et les dramas sont légion sans parler du puissant sentiment d’attachement que l’on peut avoir pour Sakamoto, c’est ce que j’aime particulièrement avec cette production. On ne reste pas indifférent et ça révèle grandement la jauge d’empathie, il n’est pas question d’une aventure sans saveur ou d’un énième jeu dont on ne retient rien que la fin mais plutôt d’une épopée humaine que je conseille vraiment à tous ceux qui n’ont jamais commencé un “yakuza”. Avec un contexte historique riche, le japon féodale ou tout au moins le début de l’industrialisation de l’archipel avec tout ce que ça engendre est une mine d’or pour l’imagination et le studio a su transposer des faits qui se sont réellement produit car “Sakamoto Ryoma” ayant réellement existé, il était difficile d’associer la vérité et la fiction “Ancêtre de Kiryu” a mon humble avis.

Le jeu bientôt chez nous une réalité ?

Il faut savoir que le jeu n’est malheureusement disponible qu’au japon et j’ai du forcément passer par la case import pour pouvoir me le procurer, cependant grâce au récent succès d’un certains “Ghost of Tsushima” le rêve de beaucoup de joueurs va peut être devenir réalité, il y a quelques temps Scott Strichart, senior localisation producer chez SEGA et accessoirement un des responsables de tout ce qui touche à la localisation des Yakuza a répondu concernant l’avenir de ces deux spin-off

“Au point où nous en sommes, nous (SEGA West, ndlr) sommes intéressés par tout ce que va faire SEGA Japon. Nous admettons volontiers qu’il y a des trous dans le catalogue que nous souhaitons combler et que SEGA Japon souhaite que nous comblions. La question est littéralement de leur trouver de l’espace sur le planning de sorties. Comme vous l’avez dit, il existe des risques de saturation. Devons-nous donc arrêter de proposer de nouvelles choses pour en sortir d’anciennes ? Devons-nous sortir le vieux truc alors que nous sommes en plein milieu de notre travail sur le nouveau truc et ensuite demander aux gens d’acheter les deux ? Il existe une vraie problématique de saturation du marché. Et c’est là où nous en sommes malheureusement. Aussi forte soit notre envie de sortir ces jeux en occident, nous devons d’abord trouver la place et le bon timing pour le faire.”

Daisuke Saito producteur de la série a révélé aussi.

“A titre personnel, j’aimerais que ces titres soient localisés et que nos fans occidentaux puissent en bénéficier. Nous avions pour priorité de reconquérir l’Occident avec Yakuza 0, puis le temps a filé sans que nous trouvions le bon moment de sortir ces jeux. Selon moi, l’action de ces épisodes est parmi ce qui se fait de mieux dans la franchise, alors j’aimerais les traduire si nous en avons l’opportunité. Toutefois, Ishin n’est pas loin d’avoir 7 ans, donc nous devrions plutôt envisager des remakes au lieu de simples portages, ce qui complique un peu plus les choses.”

La force des liens qui nous unissent.

Une durée de vie comparable a un opus lambda

Il y a des bonnes choses qui ne changent pas comme le contenu toujours aussi monstrueux agrémenté par des mini-jeux plaisant a faire entre deux missions.

Battle Dungeon : Cette activité apparaît au siège de Shinsengumi. L’idée de base est que le joueur doit passer par un donjon, combattre les ennemis et ramasser des éléments le long du chemin, avant de vaincre un mini-boss à la fin. Les tâches vont de la collecte de coffres volés au sauvetage de civils kidnappés. Battle Dungeon implique des “Soldier Cards,” qui disposent de divers personnages différents et sont classés par rareté. Trois d’entres eux doivent être sélectionnés, dont l’un va se voir assigner le rang de “Caporal” et les deux autres sont des soldats réguliers. L’emplacement du caporal donne des capacités supplémentaires, comme la possibilité d’ajouter une carte de soldat supplémentaire.

L’arène :  C’est essentiellement la même chose que le colisée de combat dans d’autres jeux, sauf que le joueur doit gagner cinq tours de suite au lieu de trois. En outre, les ennemis pour chaque série de combat sont toujours les mêmes mais ordonnée différemment. Le combat final est nettement plus difficile en raison du fait que l’ennemi sera toujours en mode berserk. Gagner une série de combat donne au joueur de l’argent ainsi que des “orbes de combat,” qui peuvent être échangés contre des articles dans le magasin de l’arène.

Une vie de famille : Ryoma décide de devenir le tuteur d’une adolescente appelée Haruka après le décès de ses parents. Ils ont laissé une dette de 100 Ryos un homme dit qu’il va prendre la maison familiale pour se rembourser. Haruka est bouleversée par cela car la maison a engendré énormément de souvenirs pour elle. Un prêtre shintoïste supplie l’homme de lui donner du temps pour rembourser sa dette, car elle n’est qu’une enfant, mais l’homme est impassible. À ce moment, Ryoma passe et le prêtre demande son aide. Ryoma dit qu’il aidera à s’occuper d’elle et à rembourser sa dette, mais qu’elle devra travailler en retour. Haruka s’en réjouit, car elle explique qu’elle avait un problème de santé lorsqu’elle était enfant et que la dette est surtout liée au paiement des frais médicaux qui en découlent de toute façon, alors c’est vraiment sa dette.

Ce ne sont que trois exemples indicatifs de cet opus, les loisirs comme le karaoké ou le Mahjong sont aussi présents comme la pêche etc. Ce qui renforce considérablement la durée de vie du soft, ne comptez pas moins de 60 à 70h pour terminer intégralement le jeu à 100% tout dépend du temps que vous allez prendre via les différentes activités proposées.

S’occuper de son nouveau foyer c’est bien aussi.

Yakuza ishin a tout pour plaire, de son histoire a son gameplay “Sakamoto Ryoma” nous fait vivre des aventures hors du commun avec dépaysement total même pour les habitués de la licence. Ajouté à cela une animation quasi parfaite et des musiques entrainantes visant dans le mille selon le contexte, Ishin est un spin-off comme on en fait que trop rarement. Seulement disponible en import japonais, il faudra débourser une certaine somme pour pouvoir se le procurer “Payé 55 euros avec les frais de douane” le jeu était initialement à 34 euros sur le site “Play-Asia” à l’époque où je l’ai acheté. Une sortie Européenne n’est pas a exclure selon nos dernières informations cependant il faudra s’armer de patience, cet opus mérite totalement d’arriver chez nous avec tous les ajustements et les honneurs que cela implique surement via un nouveau “Kiwami”. Sinon si vous avez l’occasion de l’acquérir, n’hésitez surtout pas c’est une pépite ! Mon gameplay est disponible pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur ce titre dans la partie “Vidéo”

Les plus

  • Une aventure exceptionnel
  • Dépaysement assuré !
  • Les enjeux politiques bien représentés
  • Les combats toujours aussi somptueux
  • L'histoire est magnifique
  • Beaucoup de contenu
  • Les musiques sont top

Les moins

  • Seulement disponible en Import (VO)
9.2

Incontournable

Son - 9
Graphisme - 9
Animation - 9
Gameplay - 9
Interet - 10
[Rédacteur pour Jap'Anime également pour les Mega-Test, Fan de la licence RyuGaGotoku]
Note moyenne utilisateur
9.4
2 Votes
Note
Soumettre
Votre Note
0